Après les spéculations allant dans tous les sens sur l’état de solidité de la Lamuka, l’une des sociétaires de cette plateforme électorale a officiellement rompu son silence ce mardi 26 février 2019. Il s’agit de « Ensemble pour le changement » de Moïse Katumbi.

Annoncée initialement pour le dimanche 24 février, cette déclaration a été reportée pour aujourd’hui. Une déclaration qui, visiblement était nécessaire compte tenu des sorties éparses d’autres acteurs appartenant à ce même mouvement politique.

Loin de démentir les propos auxquels Pierre Lumbi déclarait qu’ils n’engageaient que leurs auteurs, tout indique désormais – par la déclaration de ce jour – que Ensemble pour le changement est en passe de s’écarter de la ligne du combat de la coalition Lamuka dont le flambeau est porté par Martin Fayulu, actuellement en campagne de sensibilisation de leurs militants et cadres à l’intérieur du pays.

Plus clairement, Ensemble pour le changement semble tourner le dos à plusieurs dizaines de millions de congolais – partisans de Lamuka – qui contestent jusqu’à ce jour la victoire apparemment frauduleuse du successeur de Joseph Kabila.

Il reste que la plateforme politique de l’ex-gouverneur du Katanga porte un coup sur la digue érigée par Lamuka dans sa quête de la vérité des urnes. En reconnaissant Félix Tshisekedi comme président – même de fait – Ensemble harponne Lamuka. Pire encore, il prête à celui qui trône au sommet de l’Etat la volonté de répondre aux préoccupations de la population.

Cependant, la décision lue par Pierre Lumbi, le vice-président de Ensemble pour le changement, est loin d’engager tout le monde. Au nombre des dissidents se distingue Mike Mukebayi.

Se confiant à politiquerdc.net, ce député provincial élu sur la liste du Mouvement Social (MS) de Pierre Lumbi a déclaré qu’il se retirait de Ensemble pour le changement.

« (…), j’aimerais informer l’opinion publique qu’à partir de ce jour, je ne suis plus membre de l’Ensemble pour le changement. Je pense qu’en validant la victoire de Félix Tshisekedi, cette structure politique me paraît désormais opportuniste et sans idéal d’un combat pour l’intérêt du peuple congolais », a dit ce député et journaliste de renom.

Au passage, Mike Mukebayi pointe un doigt accusateur à l’endroit de son collège député Delly Sessanga, secrétaire général de Ensemble pour le changement d’être à la base de ce spectaculaire revirement. Il regrette ainsi, pour reprendre son propos, de voir « un pourri » tel que Sessanga maintenu dans les structures hiérarchiques de ce mouvement alors qu’il n’arrête pas de porter les coups de couteau aux tuiles de celui-ci, rappelant en cela son soutien à la candidature de Tshisekedi à la dernière présidentielle. Pour lui, Delly Sessanga a été utilisé pour torpiller sans cesse les efforts fournis pour un véritable changement.

 » (…), neanmoins, je préfère rester membre du Mouvement Social de Pierre Lumbi , mais je ne soutiendrai plus jamais une quelconque action ou décision de Ensemble pour le changement. Car, je n’accepterais en aucun cas de trahir ma conscience pour soutenir un pouvoir issu des arrangements politiques et caractérisé d’une fraude massive », a -t-il renchéri.

Cette sortie insulaire va-t-elle pousser d’autres composantes de Lamuka à s’exprimer isolément?

Pour certains observateurs, les ténors de Lamuka feraient mieux de lever une option définitive de la marche à suivre au risque d’enterrer l’espoir d’un tout un peuple.

Il faut noter que cette déclaration intervient quelques jours avant la réunion d’évaluation de Lamuka prévue début mars à Bruxelles, en Belgique.

Rédaction