Clément Muza Kayembe propose la dissolution de toutes les assemblées : nationales , provinciales et le sénat dès le 25 janvier 2020.
Élu député national dans la circonscription électorale de la Tshangu avec 6mille 572 voix et invalidé par la cour constitutionnelle au profit de Kalondji Wa Kalondji du FCC qui n’avait récolté que 272 voix, ce juriste et cadre de l’arc-en-ciel du Congo du sénateur Philibert Mabaya ne lâche pas prise.

Dans un document intitulé : proposition de sortie de crise post-électorale en République Démocratique du Congo « Agir maintenant », Clément Muza Kayembe estime que pour donner un sens à l’état de droit voulu par l’ensemble du peuple congolais , consacré tant dans l’exposé de motif, le préambule qu’à l’article 1er de la constitution congolaise en vigueur, il faudra procéder , notamment à ce qui suit:
1. Obtenir la démission de tous les juges de la cour constitutionnelle ;
2. Suspendre les arrêts iniques de la cour constitutionnelle et maintenir la liste des élus telle que publiée par la CENI ;
3. Obtenir le remplacement des membres de la CENI hors mandat ;
4. Modifier la loi électorale sur le mode du scrutin . Tous devant le souverain primaire ;
5. Dissoudre dès le 25 janvier 2020 toutes les assemblées : nationales,provinciales et le sénat.

Pour Me Clément Muza Kayembe, ses différentes propositions sont de nature à éviter au pays, « la grave crise » politique en perspective. Cette feuille de route de la sortie de la crise politique en RDC, s’inscrit dans le cadre de son engagement pour la cause noble de la justice et de la paix au pays, souligne -t-il dans son document d’une page parvenue ce dimanche 14 juillet 2019 à politiquerdc.net.

Espérons qu’il sera entendu par le pouvoir en place !

Kapinga Kabuya