La réponse du berger à la bergère.
C’est à travers un communiqué de presse de deux pages que Kalev Mutondo – l’ancien Directeur Général de l’agence nationale des renseignements de la RDC – a répondu aux graves accusations portées contre lui par le secrétaire général de l’udps/ Tshisekedi.

En effet, lors de la matinée politique du samedi 25 janvier dernier, Augustin Kabuya a affirmé – devant les membres de son parti réunis en leur permanence – que Kalev Mutondo avait pris en filature le chef de l’État congolais dans tous ses mouvements, de janvier à novembre 2019, pour s’enquérir des raisons de sa visite. Augustin Kabuya aurait également dénoncé le port illégal de passeport diplomatique par l’ancien Tout Puissant du régime Kabila. Ces allégations ont été qualifiées de fausseté et de pure mensonge par Kalev Mutondo. Tenant à recadrer le numéro 2 du parti présidentiel, Kalev a également rappelé les sanctions qui le visent et restreignent ses déplacements, notamment hors du continent africain.Il ne peut voyager ni en Amérique ni en Europe et ces mesures restrictives n’ont jamais été levées.

« S’agissant de l’utilisation de passeport, nous avouons ne pas être en mesure de comprendre en quoi le SG de l’udps/Tshisekedi est traumatisé par la détention d’un passeport diplomatique par un citoyen congolais qui a dirigé successivement le département de la sécurité intérieure pendant 5 ans avant d’accéder à la tête des services des renseignements et de les gérer durant 8 ans », rappelle Kalev Mutondo.

De cadres de l’udps/ Tshisekedi -sans fonction d’État – ont voyagé avec des passeports de service, sous le régime de Kabila.

C’est une révélation surprenante, mais pas étonnante pour les observateurs avertis de la scène politique de la RDC, que l’ancien DG de l’ANR vient de porter à la connaissance de l’opinion publique.

Tout le monde  peut se souvenir  de cette évidence que beaucoup de cadres de l’udps – à commencer par Félix-Antoine Tshisekedi, Jean Marc Kabund et Augustin Kabuya et beaucoup d’autres  du parti de la dixième rue Limete – ont sans fonction d’État, mieux sans fonction officielle, été tout de même aperçus un peu partout, parfois dans des négociations avec les proches de Joseph Kabila dont ils semblaient publiquement combattre; car étant de l’opposition. Les négociations secrètes d’Ibiza et de Venise – pour ne citer que ces deux – illustrent les faveurs auxquelles Kalev Mutombo fait référence.

« Pour parler à ce stade que de passeport, devons -nous rappeler que dans un passé récent – sous notre mandat et consécutivement à nos instructions expreesses – l’agence nationale des renseignements (ANR) a facilité et obtenu l’octroi, non pas des passeports ordinaires, mais des passeports de service avec lesquels plusieurs cadres de l’udps/Tshisekedi voyageaient en Afrique et dans le reste du monde? Le SG de l’udps/ Tshisekedi peut-il dire aux militants qu’il a réunis le 25 janvier 2020, quelles étaient les fonctions d’État de ces cadres de l’udps qui voyageaient, à l’époque des faits, avec des passeports de service ? », écrit Kalev Mutondo.

Menace de déballer l’udps

Kalev Mutondo a été au centre de tous les enjeux durant ces dernières années en RDC. Il a été par moment l’envoyé spécial du président honoraire Joseph Kabila auprès des états états-majors de différentes formations politiques au pays. Une position qui le pousse à rappeler à Augustin Kabuya de ne pas réveiller les « sourds-muets » d’hier…

« Dans ce pays, la RDC, nous avons été témoin et même acteur de plusieurs événements, péripéties, dossiers politiques et autres. Si le SG de l’udps/Tshisekedi souhaite voir parler des « sourds-muets » d’hier et que d’infimes détails soient portés sur la place publique, qu’il continue avec ce genre de provocations », menace -t-il.

L’ancien patron de l’ANR met le Secrétaire général de l’udps au défi de produire la moindre preuve étayant ses accusations et va jusqu’à dénoncer cette attitude « empreinte de légèreté »de la part de Augustin Kabuya.

« En attendant, nous mettons le SG Kabuya et sa source d’information au défi de citer nommément les pays américains, asiatiques, européens et Africains prétendument visités par nous, avec précision de dates d’entrées et sorties, de janvier à novembre 2019, soit – disant pour court-circuiter l’action du président de la République. En définitive, nous dénonçons cette attitude empreinte de légèreté consistant à ériger des industries de mensonges dans le but d’entamer l’honorabilité et la dignité d’un haut fonctionnaire de l’État qui a servi et continue à servir la République avec loyauté et dévouement », a -t-il conclu dans son Communiqué.

Rédaction