Roger Lumbala mis en examen et incarcéré en France depuis samedi par le parquet national antiterrorisme de France(le monde)

L’ancien chef de guerre congolais Roger Lumbala arrêté à Paris
Traqué depuis plusieurs années par l’Office central de lutte contre les crimes contre l’humanité, l’ancien chef d’un mouvement rebelle congolais a été incarcéré à la prison de la Santé.

Roger Lumbala a passé le Nouvel An dans une prison française. A 62 ans, cet ancien seigneur de guerre congolais soupçonné par les Nations unies de massacres de civils- mais aussi de viols, de torture, de cannibalisme et de pillages -, a été arrêté en pleine rue à Paris le 29 décembre 2020 par l’Office central de lutte contre les crimes contre l’humanité (OCLCH).

A l’issue d’une garde à vue de quatre-vingt-seize heures, en partie passée dans une chambre sécurisée de l’Hôtel-Dieu en raison d’un état de santé précaire, M. Lumbala a été mis en examen samedi 2 janvier pour « participation à un groupement formé en vue de la préparation de crimes de guerre » et « complicité de crimes de guerre ».

Les faits reprochés à l’ancien chef de guerre se sont déroulés entre 2000 et 2003 dans les provinces de l’Ituri et du Haut-Uélé, dans le nord-est de la République démocratique du Congo (RDC). A l’époque, Roger Lumbala est à la tête du Rassemblement congolais pour la démocratie-National (RCD-N), un mouvement rebelle soutenu par l’Ouganda voisin.

La deuxième guerre du Congo (1998-2003), un conflit régional meurtrier, fait rage. Le rebelle, qui règne par la terreur sur une région reculée et difficile d’accès, profite du conflit pour orchestrer l’exploitation des minerais (or et diamants notamment) et les tueries de civils, le braconnage d’éléphants, selon plusieurs témoins congolais et étrangers.

Pillages, viols, meurtres
« Il était général, avait les armes, l’argent et administrait sa zone avec une sorte de gouvernement et une armée brutale capable de tuer sans raison », se souvient un activiste du Haut-Uélé. D’après un humanitaire occidental, Roger Lumbala s’était montré particulièrement menaçant envers une ONG suisse qui tenait la seule pharmacie opérationnelle de la région. Un établissement qui fut pillé et saccagé par des combattants sous ses ordres, privant ainsi la population de soins. Or, une grande partie des millions de victimes du conflit sont mortes de maladies et de faim.

Le Monde

ARTICLES SIMILAIRES

Nord-Ubangi : l’afflux des réfugiés Centrafricains est une situation préoccupante qu’alarmante !

Au terme d'une mission de 72 heures effectuée dans le Nord-Ubangi, le Commandant de la Première Zone de...

Union sacrée : le démenti du député Daniel Mbau aux propos qu’aurait tenus le président ai de l’UDPS

Le débat ne fait que s'enflammer depuis presque 72 heures au sujet d'un probable désaccord opposant certains leaders...

Enjeux politiques : Le MLC appelle ses députés et cadres à l’esprit de partage et de mutualisation des initiatives(…)

C’est à travers une note circulaire signée par son secrétaire général adjoint chargé des questions politiques et stratégies,...

ARTICLES SIMILAIRES

Nord-Ubangi : l’afflux des réfugiés Centrafricains est une situation préoccupante qu’alarmante !

Au terme d'une mission de 72 heures effectuée dans le Nord-Ubangi, le Commandant de la Première Zone de...

Union sacrée : le démenti du député Daniel Mbau aux propos qu’aurait tenus le président ai de l’UDPS

Le débat ne fait que s'enflammer depuis presque 72 heures au sujet d'un probable désaccord opposant certains leaders...

Enjeux politiques : Le MLC appelle ses députés et cadres à l’esprit de partage et de mutualisation des initiatives(…)

C’est à travers une note circulaire signée par son secrétaire général adjoint chargé des questions politiques et stratégies,...

Jean-Pierre Lisanga Bonganga revient sur la nécessité d’organiser un dialogue politique afin de résoudre la crise politique en RDC

C'est à travers la déclaration signée depuis le 13 janvier et rendue publique ce lundi 18 janvier 2021...

Arrêt de la cour constitutionnelle : pour Me Jean K.Minga, « la haute juridiction manque de cohérence(…) »

De réactions commencent déjà à tomber au sujet du dernier arrêt rendu par la cour constitutionnelle en réponse...

Assemblée nationale : la cour constitutionnelle bloque la pétition des 140 députés FCC et autorise le bureau d’âge à...

Saisi par le président du bureau d'âge de l'Assemblée nationale par requête d'interprétation de l'article 101 de la...
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!