Meurtre de l’ambassadeur italien : Gilbert Kankonde a tout faux d’accuser le FDLR

Une prise en otage ratée qui s’est soldée par un bilan diplomatiquement lourd pour la République Italienne et le Programme Alimentaire Mondiale. L’ambassadeur italien est décédé de suite de ses blessures. Son garde du corps italien ainsi que le compatriote Congolais Mustapha Milambo ont également péri dans cette attaque.

La sortie médiatique précipitée du VPM Gilbert Kankonde, au travers d’un communiqué, qui désignait les rebelles FDLR comme auteur du triple meurtre est contredite par les Forces Démocratiques de Libération du Rwanda.

En effet, dans un communiqué de presse datant du 22 février et rendu public tard dans la nuit, la rébellion rwandaise du FDLR nie en bloc les accusations portées contre elle par le Vice-Premier Ministre, Ministre de l’intérieur Gilbert Kankonde et condamne cet assassinat ignoble:  » Les Forces Démocratiques de Libération du Rwanda, FDLR, condamnent avec la dernière énergie l’assassinat lâche de l’ambassadeur d’Italie en République Démocratique du Congo et de son chauffeur et démentent catégoriquement les propos des autorités congolaises qui les accusent d’en être l’auteur avant même de mener une enquête sérieuse à ce sujet, lit-on dans ce communiqué dont une copie est parvenue à politiquerdc.

Pour ce mouvement rebelle rwandais, qui est actif depuis plusieurs décennies et sème la mort à l’Est de la république démocratique du Congo, les autorités congolaises, via Gilbert Kankonde, ne devraient pas verser dans des accusations hâtives et les invite à faire toute la lumière sur ce meurtre. Les Forces Démocratique pour la Libération du Rwanda disent ne pas être impliqué.

Ce communiqué de rebelles FDLR ne s’est pas arrêté là. Cure Ngoma, porte-parole des FDLR et signataire dudit communiqué, pointe du doigt les Forces Armées de la République Démocratique du Congo et les Forces Armées Rwandaises:  » De sources concordantes, le convoi de l’ambassadeur a été attaqué dans une zone dite des « trois antennes », près de Goma sur la frontière avec le RWANDA, non loin d’une position des FARDC et des militaires rwandais des Forces de Défense Rwandaises. Les responsabilités de cet ignoble assassinat sont à rechercher dans les rangs de ces deux armées et leurs sponsors qui ont noué une alliance contre-nature pour pérenniser le pillage de l’Est de la Rdc « , précise le communiqué des rebelles rwandais.

Le VPM Interieur Gilbert Kankonde, prend-il au sérieux les charges gouvernementales qui sont les siennes ? Une chose cependant est sûre, la communauté internationale et la République démocratique du Congo ainsi que le Rwanda devraient prendre au sérieux la question de l’insécurité à l’Est de la RDC et le génocide des Congolais qui se perpétue au jour le jour avec déjà 8 millions de morts, plus que la shoah juive. Au besoin, le Rwanda devrait organiser un dialogue inter-rwandais pour mettre fin au conflit dans son pays.

Alain St. Bwembia

ARTICLES SIMILAIRES

ARTICLES SIMILAIRES

Politique RDC