Ne Muanda Nsemi au Chef de l’État : « Quand on est un homme d’État, l’on doit pouvoir respecter sa parole donnée »

Rarement la formation d’un gouvernement de la République n’a provoqué autant de remous et des tiraillements comme celui très attendu de Jean-Michel Sama Lukonde. Tous ceux qui ont de loin ou de près contribué à la requalification de la majorité parlementaire veulent avoir une part dans le partage du gâteau gouvernemental.
C’est le cas de Ne Muanda Nsemi qui vient de faire entendre sa voix. A travers un entretien à Top Congo FM, le leader de Bundu Dia Kongo demande au Chef de l’État de tenir sa promesse, celle de lui accorder un poste ministériel dans le Gouvernement Sama Lukonde.
De prime abord, Ne Muanda Nsemi se targue d’avoir les compétences nécessaires à mettre au service de la nation.

« Moi, je suis parmi les grandes personnalités qui ont beaucoup travaillé pour ce pays. J’ai déjà écrit 800 livres pour sauver ce pays. Y a-t-il quelqu’un qui peut prétendre avoir fait plus que moi ? », s’interroge – t-il.
Ainsi, Ne Muanda Nsemi rappelle au Chef de l’État ses promesses.
« Pendant les consultations, j’ai vu le Président de la République, l’honorable Bahati et le Premier ministre. Et j’ai déposé un cahier des charges concernant la récompense qu’on me doit. Maintenant que j’apprends que d’ici peu le gouvernement va sortir. Est-ce que le Président Félix Tshisekedi va respecter sa promesse ou pas ? parce que quand on est un homme d’État, l’on doit pouvoir respecter sa parole donnée », a-t-il déclaré.

Et Ne Muanda Nsemi de marteler, « Il m’a fait une promesse, et moi, je lui ai fait confiance. Va-t-il me flouer? Ça ne serait pas bon ! »
A cette allure où tous ceux qui ont adhéré à l’Union Sacrée veulent être récompensés par un poste ministériel, faut-il avoir un gouvernement de combien de membres pour satisfaire tout le monde, se demandent les analystes.
Peut-on vraiment servir le pays qu’en étant dans les institutions de l’État ?
Voire même ceux qui disaient se battre pour l’intérêt du peuple d’abord courent aujourd’hui derrière les postes ministériels.

Jean Romance MOKOLO

ARTICLES SIMILAIRES

ARTICLES SIMILAIRES

Politique RDC