Devant le Corps diplomatique à Kinshasa, Félix-Antoine Tshisekedi fait la promotion de la candidature de la RDC au Conseil de Sécurité de l’ONU

Le Président de la République Démocratique du Congo, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, était le samedi dernier devant les Ambassadeurs et Chefs des missions diplomatiques, dans la salle des congrès du Palais de la Nation. Le Chef de l’État congolais a entretenu ses interlocuteurs sur plusieurs sujets d’intérêt commun, notamment la prévention et la lutte contre le terrorisme ; l’environnement et le changement climatique ; la justice et les droits de l’homme.
Dans la foulée, le Premier citoyen congolais a abordé la question liée à la candidature de la RDC comme membre non permanent du Conseil de Sécurité des Nations Unies pour la période 2021-2022.

Ainsi, Félix Tshisekedi n’a pas manqué d’arguments de taille pour promouvoir la candidature de son pays devant les représentants des pays membres de l’ONU.

« Cela fait trois mois que la République Démocratique du Congo assume avec éclat la présidence de l’Union Africaine. Nous faisons de notre mieux pour assumer le leadership ensemble en ce temps difficile et porteur d’espoir pour le monde entier.
Étant consciente du rôle géostratégique important qu’elle joue pour le maintien de la paix et de la sécurité internationale, c »est avec humilité et détermination que la RDC rappelle au monde qu’elle se situe au cœur de l’Afrique centrale et à la jonction de quatre Afriques , du Nord, du Sud, de l’Est et de l’Ouest », a-t-il lancé.

Enfonçant le clou, le Président Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo a également fait prévaloir les richesses humaines, naturelles et environnementales de la RDC.

« Avec ses richesses et sa population, la République Démocratique du Congo dispose de tous les atouts tant naturels qu’humains lui permettant de devenir un moteur pour le maintien de la paix et la sécurité internationales. La conservation de ses forêts tropicales sont d’une importance vitale pour le climat mondial », a-t-il fait savoir.

En outre, le Chef de l’État a déjà des chantiers à promouvoir si jamais la RDC intégrait le Conseil de Sécurité de l’organisation Mondiale.

« En tant que membre élu du Conseil de Sécurité des Nations Unies, la RDC défendra fermement l’efficacité et l’égalité. Mon pays soutiendra et fera pression pour des consultations 3+1 inclusives et significatives entre le Conseil de Sécurité et le Secrétariat général des Nations Unies », a-t-il suggéré.

Il sied de noter que c’est à partir du 17 juin prochain que l’Assemblée générale de l’ONU procédera à l’élection des nouveaux membres non permanents du Conseil de sécurité. Et faire partie de cet organe important de l’ONU est une source de fierté pour les États, qui ont ipso facto l’opportunité de siéger dans la cour des grands et d’avoir une certaine influence sur les dossiers stratégiques du monde.
Pour rappel, la République Démocratique du Congo a déjà siègé à deux reprises au Conseil de Sécurité de l’ONU, entre 1982 et 1983 ainsi qu’entre 1990 et 1991, sous le régime du Maréchal Mobutu.

Jean Romance Mokolo

ARTICLES SIMILAIRES

ARTICLES SIMILAIRES

Politique RDC