Pour le Bembiste René Bonganga, le Gouverneur de Kinshasa aurait dû d’abord vulgariser ses mesures coercitives contre le Covid-19 avant leur mise en œuvre

Le Président de l’association Les Bembistes, une structure spécialisée du Mlc, était l’invité du Magazine « Rendez-vous des Auditeurs » ce mardi, 22 juin 2021 sur CCTV RALIK au cours duquel il a abordé un certain nombre de sujets brûlants d’actualité.
En premier lieu, il a donné son point de vue sur les mesures coercitives prises par le gouverneur de la ville de Kinshasa contre les récalcitrants aux gestes barrières contre le Covid-19. Tout en saluant ces décisions de l’autorité urbaine qui visent à protéger l’ensemble de la population contre cette dangereuse pandémie, René Bonganga déplore le déficit de communication qui n’a pas permis à tout le monde d’en être informé.
« Primo, j’attire l’attention de mes compatriotes sur l’existence de Covid-19 en Rdc. Cette maladie existe bel et bien et tue beaucoup de congolais sans distinction. Nous devons donc prendre cette question de respect de mesures barrières contre le Coronavirus au sérieux, car notre survie en dépend.
Secundo, je salue les décisions draconiennes assorties de fortes amendes prises par le gouverneur Gentiny Ngobila. Mais ce qui pose problème, c’est le déficit de communication. Beaucoup de Kinois ne sont pas informés. On aurait dû d’abord mener une campagne d’information et de communication auprès de la population avant leur mise en œuvre. Cela pour éviter que la population soit surprise par lesdites mesures en sortant de chez soi »
Pour éviter tout dérapage, le numéro un des Bembistes propose un moratoire avant la mise en œuvre de ces décisions de l’exécutif provincial
« Bien que ces mesures soient salutaires, je suggère au Gouverneur de Kinshasa d’accorder un moratoire de deux ou trois jours pour sensibiliser et informer la population avant leur mise en œuvre », a-t-il martelé.
Autre sujet d’actualité abordé par le Bembiste René Bonganga, c’est la polémique autour des jeeps commandés pour les cinq cents députés nationaux.
Pour lui, ce n’est pas la première fois que les élus du peuple acquièrent des véhicules.
« Ce n’est pas un fait nouveau en Rdc que les députés soient dotés des véhicules. Sous le régime Kabila, en 2006 et en 2011, les députés nationaux ont eu droit à des jeeps. Voire même les joueurs de l’équipe nationale de football ont reçu également des véhicules de la part de l’ex-Chef de l’État. Pourquoi ça pose problème si l’on donne à crédit ou pas des véhicules aux députés de l’actuelle législature ?
Pour couper court à cette controverse, il serait souhaitable que l’on éclaire l’opinion publique sur l’origine de ces jeeps et sur le financement de leur acquisition »
Toutefois, le Président de cette structure spécialisée du Mlc reconnaît que l’acquisition de ces véhicules n’est pas opportune et prioritaire au regard des urgences sociales, Humanitaires et autres dont fait face le gouvernement de la République Démocratique du Congo.

Jean Romance Mokolo

ARTICLES SIMILAIRES

ARTICLES SIMILAIRES

Politique RDC