Politique

Conclave de l’opposition à Genève : rien de spécial jusqu’à présent

Samedi 10 novembre 2018, journée particulièrement agitée au sein de certains états majors des partis politiques de l’opposition à Kinshasa. Pour cause, l’attente des résolutions du conclave de Genève où les sept (7) leaders de l’opposition s’y sont retrouvés, notamment pour la désignation du candidat commun de l’opposition à l’élection présidentielle du 23 décembre prochain en RDC.

Alors que rien de spécial n’a été jusque là dégagé en terme du choix du candidat commun, des partisans de certains candidats concernés se sont empressés d’annoncer la désignation de leur candidat.
Des spéculations qui ont très vite envahi les réseaux sociaux ; où l’on a vu même des intellectuels et autres acteurs respectés twitter sur la désignation soit de Félix Tshisekedi, soit de Vital Kamerhe.

Et bien, il n’en était pas le cas. Depuis hier, les leaders n’ont pas encore conclu leurs tractations sur la désignation du candidat commun, nous dit un cadre d’un parti politique présent au lieu de la rencontre.

Nous nous demandons , pourquoi toutes ces rumeurs ? , s’interroge, notre source qui précise par ailleurs que les leaders reprendrons les discussions cet après midi du dimanche.

D’après une autre source, le nom du candidat commun ne pourrait être connu sauf imprévu d’ici à lundi 12 novembre 2018.

Pour l’instant, les uns et les autres rassurent du bon déroulement des travaux.

« L’ambiance est bon enfant , Tous les leaders privilégient l’intérêt commun », avait twitté dans la soirée de samedi , la secrétaire générale du MLC, la députée nationale Eve Bazaiba Masudi qui est dans la suite de Jean-Pierre Bemba.

D’après certaines indiscrétions, tout tourne autour de Martin Fayulu, Vital Kamerhe et Félix Tshisekedi.

Le candidat commun de l’opposition sera désigné après harmonisation des vues de tous les leaders sur les questions liées aux différents préalables de l’opposition tel que convenu dans les différentes communications devant le peuple congolais.

Il s’agira par exemple de dire oui ou non à la machine à voter et au fichier électoral corrompu ; les deux principales exigences de l’opposition pour la tenue des élections démocratiques et apaisées.

Rédaction politiquerdc.net

Vous avez aimé ? Partagez !
  • 22
    Partages