Société

Jean-Pierre Bemba,pour une Nation puissante et un Congo prospère, nouvel ouvrage de Me Éric Bilale

« Jean-Pierre Bemba, pour une Nation puissante et un Congo prospère », ce bouquet de 123 pages que vient de publier Maître Éric Bilale, avocat et assistant d’université à travers le Laboratoire de Droit Constitutionnel et d’Observation de Comportement Politique des Acteurs ( LADCOPA ) avec le soutien matériel des députés nationaux Yvon Dangbele et Fidèle Babala. Publication initialement prévue pour le mois de mai 2016, intervient deux ans après suite à quelques contraintes factuelles.

En effet, cette œuvre scientifique remarquable de Éric Bilale, préfacée par Guy Pascal Ngoma (Doctorant en droit économique et social à l’Université de Kinshasa ), dédicacée à Madame Liliane Bemba, priante et patiente tout le temps de la détention injuste de son cher époux, à travers sa plume, se fondant sur la vision et les convictions du Président Jean-Pierre Bemba, comme d’ailleurs exprimées dans son livre, Le choix de la liberté, démontrent combien ce dernier est un oiseau rare tant recherché par le Peuple Congolais et un homme prêt, capable et déterminé, notamment à instaurer l’Etat de droit et à consolider la démocratie ; à défendre la souveraineté de la RDC et à lui faire occuper sa place dans le concert des Nations (souveraineté territoriale de notre pays, défendre notre territoire et son intégrité…) ; à assurer la diffusion du mieux-être et la promotion de l’homme congolais dans toutes ses dimensions ( accès à la santé, à l’éducation, au logement, à l’emploi, à l’eau et à l’électricité ) et à faire de la RDC, dans les 5 ans à venir, une économie émergente et une puissance économique influente en Afrique au moyen de l’amélioration du climat des affaires, du renforcement du capital humain et du renforcement de la stabilité institutionnelle.

D’après l’auteur, l’objectif que poursuit le Président Jean-Pierre Bemba se trouve être coulé dans la Constitution du 18 février 2006 dont il est, sans contredit, le principal artisan et pour l’approbation au référendum de laquelle il a battu campagne en 2006 – bien que ce socle de l’État (la Constitution) se trouve aujourd’hui menacé par des velléités despotiques du régime de Kinshasa. Il s’agit, écrit-il, de bâtir, au coeur de l’Afrique, une Nation puissante et prospère, fondée sur une démocratie politique, économique, sociale et culturelle.

Concernant ce qui est de la lutte armée qu’avait faite Jean-Pierre Bemba, l’auteur qualifie des calomnies et de fausses informations des individus qui ne comprennent pas encore la raison patriotique ayant poussé le Président Jean-Pierre Bemba à recourir à la résistance armée contre les barbaries de l’AFDL, pour ces gens – là, il faut toute une cathéchèse, pense -t-il.

Et d’ajouter, comme Nelson Mandela vers les années 60, quand la recrudescence de la violence avait atteint son acmé, quand l’opposition a été muselée, quand l’ANC a été interdit en Afrique du Sud et que les protestations anti – apartheid non – violentes ont été réprimées dans le sang, décida de mener une résistance armée et se voya confier les rênes de la nouvelle branche militaire de l’organisation Umkhonto WeSizwe ( MK, la lance de la nation ) après sa formation militaire auprès du FLN en Algérie, le Président Jean-Pierre Bemba, en prenant les armes pour combattre en faveur de droits et de libertés de congolais, a rejoint cette confrérie d’honneur à laquelle, par des idéaux, des valeurs, il appartient de plein droit, fait remarquer Éric Bilale.

« C’est la confrérie de ces grands hommes de notre temps dont le Président Jean-Pierre Bemba a le combat en partage, parmi lesquels nous pouvons citer Nelson Mandela », poursuit l’auteur.

Il rappelle également, qu’alors que les barbaries de l’AFDL étranglaient toutes les valeurs de la société Congolaise, en infligeant des souffrances indicibles à la population
, en charcutant les droits et libertés (viols et violences, assassinats, tortures industrielles, enterrements des vivants, fusillades et pendaisons extrajudiciaires…); alors que l’iniquité surclassait la justice et le désordre ; alors que l’État de nature, de violence, de rudesse et d’injustice prenait la place de l’État de droit, la terreur s’imposait à la place de la paix sociale ; alors que le Peuple Congolais était humilié, criait au secours et ne savait à quel saint se vouer, ne fallait – il pas un libérateur ? se demande-t-il avant d’affirmer lui-même qu’il fallait donc un bon citoyen, un Muana mboka(fils du pays), un vrai Libérateur, conscient de la gravité de la situation, lequel devrait mettre fin à ces barbaries de l’AFDL et empêcher que ces criminalités hideuses et épouvantables ne puissent renaître, comme Phoenix, de leurs cendres, en instaurant définitivement un État de droit constitutionnel substantiel.

C’est le sens primaire du combat du Président Jean-Pierre Bemba, la libération et l’affranchissement des congolaises et des congolais de la tyrannie, lit-on dans cet ouvrage.

L’écrivain note par ailleurs que, le Président Jean-Pierre Bemba s’est fait combattant des droits et libertés de congolais , combattant de la justice, combattant de la paix et de l’ordre public , référence faite ici
à l’ouvrage de Jean-Pierre Bemba,le choix de la liberté ,p.140 ou le président national du MLC relevait exactement ce qui suit :

< <… nous avons pris les armes pour que toutes les tribus du Congo, toutes les minorités, tous les groupes ethniques sentent qu’il existe dans ce pays un État qui ordonne. Un État qui protège >> .

Et donc pour Éric Bilale, en vérité, la patrie reconnaissante devrait au Président Jean-Pierre Bemba, une « couronne obsidionnale » ( dans la Rome antique, couronne décernée à un citoyen pour avoir sauvé du danger la cité, sauvé de la barbarie ou de l’occupation la ville) pour l’avoir, pendant un moment difficile de son histoire, libérée du joug d’une barbarie effrénée.

Il faut le reconnaître, le combat du Président Jean-Pierre Bemba c’est un combat des valeurs qu’il a choisi de mener par réalisme et non par idéalisme, par expérience et non par idéologie, par lucidité et non par naïveté, afin de déboucher sur une Nation congolaise dont il a foi, une Nation puissante et prospère qu’il considère lui-même, aux côtés de la logique philosophique du français Ernest RENAN, comme étant , <<… une grande solidarité constituée par le sentiment des sacrifices qu’on a faits et de ceux qu’on est disposé à faire encore. Elle suppose un passé, elle se résume pourtant dans le présent par un fait tangible : le consentement, le désir clairement exprimé de continuer la vie commune. L’existence d’une Nation est […] un plébiscite de tous les jours, comme l’existence de l’individu est une affirmation perpétuelle de la vie. >, relève l’auteur en référence à l’ouvrage : Le choix de la liberté, p.139.

Le combat pour la paix et l’intégrité du territoire national par Jean-Pierre Bemba, pour la démocratie et l’État de droit s’est prouvé dans *les accords de Lusaka et de Sun City*, mais aussi et surtout dans sa déclaration solennelle de 2006, malgré lui, acceptant de faire une opposition forte et républicaine. Mais, hélas ! On l’empêcha de le faire jusqu’à le faire détenir injustement et de façon inique pendant plus de 10 ans, renchérit le jeune juriste-ecrivain.

Aujourd’hui acquitté, les 10 ans se sont écoulés, le Congo se trouve confronté aux multiples problèmes : l’illégitimité des institutions, la crise multidimensionnelle ( économique, sociale, secrétaire…)…, Le pays se trouve selon lui donc sur une ligne de crête.

Eric Bilale termine ses écrits en exhaurtant le peuple congolais,en cette année électorale, d’avoir un choix du sursaut et du changement, dont le Président Jean-Pierre Bemba est l’incarnation, et non celui de la continuité du système actuel usé, frappé d’immobilisme chronique.

Le Président Jean-Pierre Bemba, dans son leadership, dans son autorité, est l’image d’une présidentialité susceptible de propulser le Congo vers les grands accomplissements économiques et sociaux.

Oui, l’autorité est au centre de la fonction présidentielle, car elle facilite le <<sacré devoir>> de punir lequel se trouve au coeur de la responsabilité présidentielle. Un Chef de l’Etat ne peut être suspecté de protéger, de couvrir ou de favoriser. Toutes ces facultés présidentielles se trouvent incarnées en la personne de Jean-Pierre Bemba,conclu-t-il.

L’ouvrage « Jean-Pierre Bemba, une Nation puissante et un Congo prospère sera disponible à partir de ce jeudi 05 juillet 2018 à Kinshasa, à 30$ (trente dollars américains ) dans la Librairie « Livres pour les Grands-Lacs », sur Boulevard du 30 juin (réf. Avenue des huileries, REGIDESO allant vers la SONAS à droite ) et au Kiosque Magazines de l’hôtel Memling. Pour l’Europe et l’Amérique, où il sera vendu à 25€ (pour l’Europe) et 32$. Il sera bientôt disponible.

Les intéressés devront avoir plus de précisions auprès de l’entreprise « IMANI CONCEPT » , située sur l’avenue du port numéro 6, Commune de la Gombe.

La présentation et le baptême du Livre sont prévus très prochainement, à Kinshasa, à l’occasion de << Jean-Pierre Bemba day> >, un événement d’exposition qui sera organisé et présidé par Andy Bemba, l’un des partenaires du Laboratoire de Droit Constitutionnel et d’Observation de Comportement Politique des Acteurs ( LADCOPA ).

Judith Inanga

Vous avez aimé ? Partagez !
  • 281
    Partages