• août 17, 2019

Breaking News :

Meeting des vérités : quand Martin Fayulu esquive certains pièges de ses partisans

Ceux qui auront émis de doute sur la capacité de mobilisation et l’attachement du peuple congolais à la vérité des urnes, auront obtenu la réponse ce samedi 2 février.

En effet, le meeting organisé ce jour au terrain Sainte-Thérèse , dans la commune de N’djili , a drainé une forte mobilisation de la population Kinoise , estimée d’après certains observateurs à près d’un  million  des partisans des partis membres de la coalition Lamuka, venus écouter le président autoproclamé de la République Démocratique du Congo, Martin Fayulu Madidi.

Initialement prévu à 13heures , le meeting de Lamuka n’a pu commencer que vers 15 heures,heure de Kinshasa. Dans un long cortège , qui a d’ailleurs provoqué d’énormes ambouteillages , le soldat du peuple est venu trouver un terrain déjà débordé du monde en liesse.

Message de résistance pacifique

Dans son intervention , précédée par un petit mot introductif de Fidèle Babala Wandu, Secrétaire Général Adjoint du MLC et coordonateur provincial de Lamuka ville-province de Kinshasa intervenu après l’hymne national,le debout congolais et la prière dite par un homme de Dieu de circonstance, Martin Fayulu Madidi a commencé par demander à l’assistance , d’observer d’abord une minute de silence en mémoire d’Étienne Tshisekedi, dont la dépouille a totalisé deux ans dans une morgue à Bruxelles, en Belgique depuis ce vendredi 1 février 2019.

Face à une mobilisation à la hauteur des attentes, Martin Fayulu a eu des mots justes pour remercier ses électeurs ,non seulement pour leur mobilisation, mais aussi et surtout pour avoir voté massivement pour lui , lors du scrutin présidentiel du 30 décembre dernier.

Très ovationné par le public acquis à sa cause, Martin Fayulu a demandé à la population d’applaudir pour les autres ténors de Lamuka, notamment Jean-Pierre Bemba, Moïse Katumbi, Adolphe Muzito, Freddy Matungulu et Antipas Mbwisa Nyamwisi, sans oublier Eve Bazaiba.

« Vous avez voté pour le changement et non pour la nomination d’un président par une tierce personne. J’ai été élu avec 62% des voix, mais monsieur Joseph Kabila a préféré nommé un président contre la volonté du peuple. Je suis venu vous dire que, je n’accepterai jamais cette forfaiture. Je suis le président élu. Nous allons poursuivre ce combat jusqu’à récupérer notre pouvoir », s’est – il exprimé, devant cette foule mobilisée depuis plusieurs heures sous un soleil ardent.

Mot d’ordre

« Vous me demandez de vous donner le mot d’ordre ! Et, le mot d’ordre aujourd’hui, chers frères, c’est de vous inviter à une résistance pacifique.
La résistance pacifique c’est de ne pas reconnaître les ordres d’un pouvoir issu des arrangements et fraudes.
Vous devez vous organiser en ce sens », a-t-il déclaré.

Quand la population propose la prise d’armes

Incroyable, mais vrai ! En plein Meeting, Martin Fayulu a été interpellé par la population, visiblement en colère, de recourir aux armes pour combattre le pouvoir en place. Un piège de demande à laquelle Mafa n’a pas voulu accéder.

« Lamuka se bat pour le respect de la constitution et des lois du pays. Vous êtes (NDLR congolais) plus forts que les armes. Notre combat est pacifique. Et nous allons le mener jusqu’au bout.
D’ailleurs, nous avons déjà saisi l’Union Africaine, et nous comptons également aller vers le conseil de sécurité des nations unies pour réclamer la vérité des urnes. Il est vrai que la cour constitutionnelle a déjà rendu son arrêt. Mais vous devez savoir que tout n’est pas encore terminé », a renchéri le soldat du peuple. Lui qui n’entend pas trahir le peuple congolais !

Un autre piège esquivé sagement par l’ancien candidat président de la République ,c’est quand ses électeurs et partisans l’ont demandé de prêter « serpent » comme président de la République.

« Non! Nous n’allons pas faire les choses de cette manière. Nous sommes dans une autre voie (…) », s’est-il contenté de dire.

Fayulu a aussi appelé la communauté internationale à soutenir le peuple congolais.
Pour lui, la souveraineté du peuple congolais passe aussi par le choix opéré dans les urines. La souveraineté de la RDC, c’est aussi la souveraineté du peuple. La souveraineté de notre pays passe aussi par le choix du peuple. Je demande à toute la communauté internationale de rester attentive au cri du peuple congolais et de ne pas reconnaître le pouvoir actuel.

Par ailleurs, le président autoproclamé a fermement condamné le tribalisme qui semble diviser certains congolais. Il estime qu’il s’agit d’un montage orchestré par certains ennemis de la République , qui veulent diviser inutilement les congolais. Et de s’interroger, pourquoi ce tribalisme n’a pas existé pendant le règne de Samy Badibanga et Bruno Tshibala,les deux derniers premiers ministres Kasaïns qui se sont dernièrement succédés à la tête du gouvernement sous le régime de Joseph Kabila ?Bien avant eux, d’autres dignitaires ont dirigé les institutions du pays, sans que la question tribale devienne une préoccupation nationale.

Pour la première fois, le meeting de Lamuka s’est déroulé dans une ambiance pacifique, sans aucun incident signalé.
Aucun policier n’a été vu à l’endroit de celui-ci.

Martin Fayulu est reparti dans une caravane sous une ambiance totale jusqu’à chez lui à la maison.

Jean Médard LIWOSO

Article précédent

Meeting de Lamuka :les dispositions sécuritaires déjà harmonisées avec la police

Article suivant

Meeting de Lamuka : M.Fayulu, »j’ai été contacté par la représentante de la Monusco pour savoir si je pouvais rencontrer Kabila… »

risus venenatis consectetur commodo commodo porta. ut Aenean