Nomination du 1er ministre : la République des professeurs et des économistes ! (Chronique du pr.Jose Adolphe Voto)

Après plus de 4 mois d’attente, le président de la République Démocratique du Congo, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo a nommé depuis ce lundi 20 mai le professeur Sylvestre Ilunga au poste de premier ministre afin de conduire le tout prochain gouvernement. Âgé de 73 ans, professeur d’économie à l’Université de Kinshasa, Sylvestre Ilunga vient alonger la liste des professeurs qui se sont succédés à la tête de l’exécutif national depuis le régime de feu Maréchal Mobutu.

Dansune chronique parvenue à la rédaction de politiques.net ce mardi soir, le professeur José Adolphe Voto semble en tout cas sceptique des résultats récoltés par ses collègues professeurs économiques qui ont dirigé les différents gouvernements de la République.

Ci-dessous l’intégralité de sa chronique :

La République des professeurs et des Économistes de l’Unikin  !

La nomination du nouveau Premier Ministre de la République démocratique du Congo en la personne de Sylvestre Ilunga, Professeur à la faculté des sciences économiques de l’Université de Kinshasa s’ajoute à la liste des Professeurs d’université qui ont dirigé ce pays comme Premier Ministre, mais aussi à la liste des cadres que la faculté des sciences économiques de l’université de Kinshasa a mis à la disposition du pays.

La République des professeurs

Depuis plusieurs décennies, les chefs d’État congolais ont toujours pensé que le vrai problème du Congo était d’abord économique. Aussi, de Mobutu à Tshisekedi, en passant par Joseph Kabila, ils ont assez souvent recouru aux Professeurs d’université, mais aussi aux économistes, en l’occurrence, ceux de la faculté des sciences économiques de l’Université de Kinshasa, qu’ils soient professeurs ou diplômés, pour essayer de sortir le pays du marasme économique. Mais les résultats n’ont pas toujours été à la hauteur des attentes. Si bien que le Général Mahele ironisa un jour en qualifiant le Zaïre de la République des Pyrénées Professeurs, pour relever la tendance du Président Mobutu à recourir aux Professeurs d’université pour des postes de responsabilité au sommet de l’État. L’histoire retiendra que le premier Premier Ministre de Mobutu fût un Professeur d’université et son dernier Premier Ministre fut également un Professeur. Le premier Premier Ministre de Tshisekedi est aussi Professeur.

Lire aussi :  Visite de Nikki Haley pour quel résultat ? analyse de Nicolas W. ETOYI

1. Pr. Pinga Kasenda

Le premier Professeur à qui Mobutu a fait appel comme Premier Ministre, après avoir exercé seul le pouvoir au sommet de l’État pendant douze ans, fut Pinga Kasenda, jeune Professeur à l’Université de Lubumbashi que Mobutu découvre lors d’un échange avec les étudiants. Il le fait venir à Kinshasa pour s’occuper de l’Institut Makanda Kabobi, l’école idéologique du parti, avant de le nommer Premier Commissaire d’État, à la surprise générale.

2. Pr. Mabi Mulumba

Ensuite , ce fut l’oiseau rare que Mobutu trouva pour relever le défi de la dégringolade de l’économie zaïroise à la fin des années 80, le Professeur Mabi Mulumba, jeune Docteur en Administration des affaires de l’Université de Liège qui venait remettre en question les théories jusque là enseignées par l’incontestable Professeur Kinzonzi à la faculté des sciences économiques de l’université de Kinshasa.

3. Pr. Sambwa Pida Bangi

La recette Mabi n’ayant pas donné des résultats, Mobutu va recourir à un autre Professeur, Sambwa Pida, ancien gouverneur de la Banque centrale et Professeur à la même faculté des sciences économiques de l’université de Kinshasa.

4. Pr. Lunda Bululu

Après avoir tenté de faire revenir Kengo wa Dongo dont la politique de la rigueur avec le FMI n’a pas non plus donné des résultats, Mobutu qui avait plusieurs tours dans ses manches va trouver le Professeur Lunda Bululu, 48 ans, Docteur en droit international et jusque là secrétaire général de la CEAC.

Lire aussi :  Elections -RDC : le Dr J.J. Mbungani du MLC appelle l'opposition à s'organiser pour parler un seul langage

5. Pr. Mulumba Lukoji

Après dix mois à la primature, Lunda Bululu rend le tablier. Il est remplacé par Mulumba Lukoji, un autre Professeur d’université, âgé comme lui de 48 ans et qui va ouvrir la conférence nationale sous la pression de l’opposition. Après Mulumba Lukoji, il va s’en suivre une succession vertigineuse des Premiers Ministres dont certains ne feront que trois mois.

6. Pr. Likulia Bolongo

Devant la pression interne de l’opposition et la rébellion kabiliste soutenue par des pays voisins, il fallait trouver un homme qui doit faire face en même temps au conflit armé et à la crise économique. Le choix tombe sur Likulia Bolongo, Général et Professeur d’université. Et comme pour bien boucler la boucle, il sera le dernier Premier Ministre de Mobutu.

LA République des  Économistes

Si les Présidents congolais ont souvent eu recours aux Professeurs d’université pour diriger le pays, l’Université de Kinshasa et plus particulièrement sa faculté des sciences économiques a été de tout temps la pépinière des hommes d’État en République démocratique du Congo. Qu’ils soient Professeurs ou simplement diplômés, les ressortissants de la faculté des sciences économiques de l’Unikin continuent à assumer des hautes charges d’État, particulièrement à la primature.

A elle seule, la faculté des sciences économiques de l’Université de Kinshasa aura déjà donné autant des Premiers Ministres : Sambwa Pida Bangi, Mabi Mulumba, Adolphe Muzitu, Matata Ponyo, Sylvestre Ilunga, sans compter des personnalités comme Vital Kamerhe qui ont assumé des très hautes fonctions dans ce pays.

Lire aussi :  Zimbabwe : lâché par l'armée,la femme, les amis et le peuple, le vieux Robert traîne encore les pas. .

Ilest évident que le dernier Premier Ministre remplit ces deux critères : il est à la fois Professeur et économiste. Nous espérons qu’il va rencontrer les attentes.

En attendant d’apprécier son rendement, l’on se demande, pourquoi recourir sans cesse à une solution qui a montré ses limites. Y aurait-il une alternative ?
Faire et refaire la même chose en espérant un résultat différent est curieux !

Chronique de José Adolphe Voto, professeur à l’Institut Facultaire des sciences de  l’information et de la communication  ( IFASIC)/politiquerdc.net.

Article précédent

RDC : pourquoi la présidence bloque -t-elle le passeport du conseiller de Moïse Katumbi ?

Article suivant

RDC : enfin, le corps d’Étienne Tshisekedi arrive le 30 mai prochain à Kinshasa