Société

Sud-Ubangi : le Directeur de la Radio liberté Budjala sous menace de mort par la garde du ministre JL.Bussa

La liberté d’expression – tout comme nombre d’autres droits consacrés par la constitution – n’arrête pas de connaître de restrictions par l’autorité qui devrait le promouvoir.

À Budjala, c’est Honoré Eyenga – Directeur de la Radio Liberté qui est actuellement et constamment l’objet de menaces de mort des éléments de la police nationale commis à la garde de Jean-Louis Bussa Tongba, ministre d’Etat chargé de commerce extérieur du gouvernement central.

D’après notre confrère, c’est depuis le 18 décembre dernier que ces ennuis ont commencé. En effet, de policiers cagoulés et spécialement venus de Kinshasa dans la suite du ministre Jean-Lucien Bussa auraient tenté plus d’une fois d’attenter à l’intégrité physique de notre confrère.

Et pour cause? Il est reproché à la Radio Liberté Budjala d’avoir accordé la parole à un adversaire politique du ministre, lui-même en campagne électorale en tant que candidat député national. Cet adversaire aurait tenu des propos sinon peu aimables à l’encontre de Jean-Lucien Bussa.

« (…), le premier jour, c’est-à-dire le 18 décembre dernier, des policiers cagoulés ont fait irruption dans les installations de notre radio, exigeant de manière musclée à tous mes collaborateurs de le conduire auprès de moi. Malgré ces intimidations, les employés n’ont pas accédé à la requête policière et, en quittant les lieux, ils ont intimé l’ordre de proscrire toute critique à l’endroit du ministre Jean-Lucien Bussa, sinon c’est le Directeur de la Radio qui en payera de sa vie. Ces éléments de la police m’ont prêté le fait d’avoir réservé un temps d’antenne à l’activité politique de Monsieur Nzete Ya Mbila, candidat député national sur la liste du MLC – dans la circonscription électorale de Budjala – et qui aurait proféré de propos ayant lésé Jean-Lucien Bussa. Ils ont quitté les lieux avec promesse de revenir à tout moment et à la moindre violation de la consigne. Et comme si cela ne suffisait, alors que rien de nouveau n’a été entrepris de notre part, une nouvelle menace de mort est venue s’ajouter aux précédentes; de la part d’un membre du Courant des Démocrates Rénovateurs – CDER en sigle – le parti du ministre et candidat député, Jean-Lucien Bussa . Celle-ci m’est parvenue à 20h18′ de ce lundi 24 décembre 2018 via le numéro Airtel 0973 571 453, toujours à propos des informations diffusées par notre Radio concernant leur leader. À Budjala, aux dires de l’homme à l’autre bout du fil, il est intolérable de critiquer le ministre », a témoigné Honoré Eyanga à votre média en ligne.

Et de poursuivre, l’homme au téléphone a précisé que le Directeur de la Radio Liberté Budjala n’est pas à l’abri d’un enlèvement ou balle, à moins de s’éloigner des lieux, car l’endroit est politiquement réservé à Jean-Lucien Bussa .

La rédaction de politiquerdc.net a tenté vainement d’obtenir la réaction du ministre jusqu’au moment où nous couchons ces lignes.

Les journalistes ont toujours payé un lourd tribut dans l’exercice de la démocratie congolaise balbutiante!

Dossier à suivre !

Constant Mohelo

Vous avez aimé ? Partagez !
  • 169
    Partages