La question se fait parler d’elle depuis plusieurs années dans certains milieux des décideurs.

Ce projet du transfèrement des  eaux de la rivière Ubangi  vers le lac Tchad. Déjà en 2014, le projet de loi  relatif à ce dossier a été déclaré irrecevable à l’Assemblée Nationale dans la mesure où, à l’unanimité les élus du peuple avaient estimés qu’il était encore tôt, et surtout inopportun de valider un tel projet.

4 ans après, la question est au cœur des discutions dans différents salons politiques  à Kinshasa,mais aussi dans les réseaux sociaux.

En effet, à travers les discussions dans un Groupe whatsapp dénommé: DÉBATS ET INFORMATIONS  réunissant quelques acteurs  politiques et sociaux, ce samedi 3 mars 2018, les différents intervenants se sont montrés très critiques par raport  à ce projet.

Tout est parti par la demande de la députée nationale Eve BAZAIBA MASUDI, présidente de la Commission Socioculturelle de l’Assemblée Nationale proposant  les échanges sur cette affaire .

Pour Eve BAZAIBA MASUDI , l’Assemblée nationale avait mis sur pied, une commission  de veille et d’éveil sur la problématique de transfèrement desur eaux de  la rivière Ubangi vers le lac Tchad  dont elle assumait le rôle de  Rapporteur alors que son collègue  Roger Mpanano en était vice-président.

Mais, malheureusement, révèle -t-elle ,  cette commission a vu son travail non soutenu par le Bureau de l’Assemblée Nationale et torpillé par le Gouvernement.

« J’ai plusieurs fois sensibilisé le Président de l’Assemblée Nationale à ce sujet mais sans succès. Nous avions rassemblé de la documentation nécessaire pour permettre au parlement Congolais d’organiser un débat objectif à ce sujet  pour que la RDC se prononce clairement, mais la commission n’a jamais été programmée pour présenter son rapport » , écrit Eve BAZAIBA. Et d’ajouter,   « Nous avions eu en son temps une réunion technique avec certains membres du gouvernement concernés, nous avions entendu le ministre de l’environnement qui n’avait  aucune maîtrise du dossier car selon lui, le dossier étant sensible, se trouvait  être géré entre la primature et la présidence de là République . Je parle ici du Gouvernement MATATA » ,précise -t-elle.

La députée nationale élue du Mouvement de Libération du Congo de Jean-Pierre BEMBA , attire l’attention de l’opinion qu’on ne peut pas résoudre les problèmes du Sahel en créant d’autres en Afrique Centrale, notamment en RDC. Elle ajoute par ailleurs que , l’opinion comme dans le Sahel, le Moyen Orient est entrain de planifier de ponctionner l’eau douce du fleuve Congo en amont de MBANDAKA et le Kalahi ( Afrique du Sud, Botswana et Namibie)  quant à lui se prépare à tirer l’eau du Fleuve Congo au niveau de l’embouchure .

Eve BAZAIBA signale également que le  Sénateur Modeste  Mutinga avait rajouté des éléments d’information de ce dossier à travers la publication de son livre sur la Guerre de l’eau dans les portes de la RDC.

En outre, renchérit -elle,  des conférences sont organisées dans le monde, sans demander l’avis de la RDC. Lors d’une de ces assises à Bologne en Italie en 2012, le Président du Tchad avait dit que si la RDC ne voudrait pas leur  donner de l’eau, ils  seraient  obligés d’aller la prendre.  Cette problématique à commencé depuis plus de 30 ans mais les gouvernements successifs de la RDC sont dans une somnolence coupable.

Tous ne voient que les dividendes pécuniaires sans penser aux conséquences environnementales qui vont découler de cette entreprise hasardeuse,dénonce  Ève BAZAIBA MASUDI, députée élue de Basoko  et Secrétaire Générale du MLC.

De son côté,  le Député National Yvon DANGBELE NGOTUGA, élu du Territoire de Libenge , bénéficiaire direct de la rivière Ubangi, pense  qu’un tel projet aurait des conséquences multiples sur la vie des riverains, sur le barrage Inga , et autres . « Personne nous présente une seule étude sérieuse, préalable à la réalisation d’un tel chantier. La commission environnement de l’ Assemblée Nationale  évite soigneusement ce dossier. Le Chef de l’état devrait effectuer le changement périodique nécessaire à la tête de cette institution.( Assemblée Nationale) où la corruption aurait  atteint un degré insoupçonné » , fait remarquer cet élu du peuple très engagé sur cette affaire.

« Mais c’est dommage que nos autorités se réveillent toujours en retard , autre fois , un élu ,le député national  de la Majorité Présidentielle, Pico Mwepu avait indiqué que cette question de transfert des eaux de l’ubangi ,se discutait en Irlande sans les congolais » , écrit  Michel Isako, journaliste à Amen TV

Et, à Eve BAZAIBA de rajouter qu’il serait question selon elle,  d’exiger la relance de la Commission ad hoc. Évidemment, la restructurer étant donné que celle-ci  avait  enregistré le décès de certains membres , dont le député Charles  Mwando  Nsimba  et aussi permettre à la Commission de présenter son rapport préliminaire.

« C’est une question de portée nationale qui doit retenir l’attention des autorités du pays au lieu de la réduire au niveau provincial, ainsi que j’ai cru lire hier ici. Il est souhaitable que les députés fassent  pression à l’exécutif national pour que le sujet soit rapidement examiné,écrit pour sa part maître Jean Minga, un juriste Congolais basé à Bruxelles en Belgique.

Pour le Ministre  Provincial honoraire de la province de l’Équateur , Thierry Mbuze,  il va sans dire que la République du Congo  et la République  Centrafrique qui partagent avec nous la rivière Ubangui sont concernées au même titre et plus encore, car géographiquement plus petites que la RDC.

Il ajoute, qu’avec un non-État, les eaux de l’Ubangi seront transférées au lac Tchad; un régime corrompu et sans légitimité prendra les milliards de dollars pour se remplir les poches(comme avec le contrat chinois) et préparer l’exil dorée à Dar-Es-Salam(village de la paix), l’Ubangui , la misère du peuple congolais ne signifie rien pour eux.

« Kopesa bango mayi to boyi te(nous ne pouvons pas refuser de leur donner de l’eau)…le problème c’est le faire avec un nouveau Président sorti des élections… To bosani te histoire ya contrat ya ba chinois… Ata nzela moko te na Grand Équateur, (qu’avons -nous fait avec le contrat chinois) écrit  Amadeo EDAME , journaliste -présentateur du mà gaine MICRO DU PEUPLE sur CCTV , Canal Congo Télévision.

Il  ajoute qu’à  l’instant,le pays n’a  qu’une seule guerre qui nous  intéresse…c’est le départ du Président  Kabila du pouvoir pour le confier à un autre, rien que par les élections. Au lieu d’écrire sur les réseaux sociaux , que l’opposition fasse une déclaration demandant à l’Union Africaine  de faciliter le départ de l’actuel  Président  et la RDC pourra très bien négocier pour céder de l’eau à nos frères et soeurs du Tchad, estime ce confrère – engagé .

Selon certaines indiscrétions, le projet de transfèrement des eaux de l’Ubangi vers le lac Tchad est sur le point d’exécution. La prochaine session parlementaire devrait prendre le dossier à bras le corps pour l’intérêt général de la République Démocratique du Congo.

 

Jean Médard LIWOSO