Face à la menace permanente du volcan Nyiragongo : Mike Mukebayi pour la délocalisation de la ville de Goma

Des réactions fusent de partout après la dernière éruption du volcan Nyiragongo qui a semé mort et désolation dans la ville de Goma et ses environs. Dans la foulée, celle du Député Provincial de Kinshasa, Mike Mukebayi Nkoso, qui a également donné de la voix au sujet de cette catastrophe naturelle qui a grandement perturbé la vie des habitants du Chef-lieu de la province du Nord-Kivu. C’était ce lundi au cours de l’émission Rendez-Vous des Auditeurs sur CCTV RALIK.

Tout en exprimant sa compassion et solidarité aux victimes de ce sinistre, l’élu de Lingwala a exprimé sa reconnaissance au Chef de l’État, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, pour avoir dépêché une délégation gouvernementale sur le terrain pour assister les victimes.

Face aux risques permanents d’autres éruptions volcaniques de Nyiragongo, Mike Mukebayi recommande aux autorités compétentes d’envisager dans l’avenir une solution plus durable, à savoir la délocalisation de la ville de Goma sur un site moins exposé aux conséquences volcaniques.

« De mon point de vue, il faut délocaliser la ville de Goma. On peut prendre des dispositions et des précautions pour faire face aux tremblements de terre comme au Japon, mais les éruptions volcaniques sont imprévisibles et les coulées de laves, atteignant une température de 1000 degré Celsius, détruisent tout sur leur passage », a-t-il fait savoir.

A ceux qui reprochent au Gouvernement de n’avoir pas correctement pris en charge l’Observatoire Vulcanologique de Goma (OVG), chargé de surveiller l’évolution de Nyiragongo, Mike Mukebayi rétorque que « même si nous développons le système d’alerte volcanique, nous pouvons seulement sauver des vies humaines en n’assurant leur évacuation, mais on ne saura pas protéger toutes les habitations et les infrastructures de Goma qui seront détruites à chaque éruption volcanique ».

Le député provincial de l’USN est conscient que la RDC n’a pas encore les moyens pour exécuter à court terme un tel projet.

« C’est vrai que nous n’avons pas aujourd’hui des moyens financiers pour délocaliser la ville de Goma. Mais, nous devons déjà y réfléchir, parce qu’il est contre-productif d’investir sur une ville qui peut à tout moment être détruite par le volcan. C’est donc un projet à long terme qu’on peut réaliser progressivement en fonction des moyens disponibles », a martelé Mike Mukebayi Nkoso.

Il sied de noter que l’idée du député provincial Mike Mukebayi est bien accueillie par de nombreux spécialistes. Et surtout que la RDC, pays aux dimensions quasi-continentales a suffisamment d’espaces pour étendre ailleurs Goma et les villages environnants, tout en interdisant toute construction dans la zone d’influence du volcan destructeur.

Pour rappel, la dernière éruption volcanique de Nyiragongo avait eu lieu en janvier 2002 et avait occasionné 250 morts, 120.000 sans abris dans le Chef-lieu du Nord-Kivu ainsi que d’énormes dégâts ayant même touché une partie de l’aéroport de Goma.

Jean Romance Mokolo

ARTICLES SIMILAIRES

ARTICLES SIMILAIRES

Politique RDC