L’ Observatoire de la Dépense Publique (Odep) – à travers un communiqué de presse signé par son président Florimond MUTEBA TSHITENGE – a constaté en ce qui concerne les travaux des sauts-de-mouton dans la ville de Kinshasa que « le Budget initial de construction des 9 sites de sauts-de-mouton, élaboré le 27 février 2019 et présenté lors du lancement du programme de 100 jours, dans la commune de Limete, est de 22millions 500 mille USD.

Dans ce document, il était prévu le décaissement en deux tranches : 7millions 500 mille USD comme premier acompte et 15 millions en second lieu. Le 26 janvier 2020, le Directeur de Cabinet du Président de la République – au studio de Radio Top Congo – a souligné que le budget des sauts-de-mouton était de 45 millions USD. Le même montant a été confirmé quelques jours après par les services du Ministère des finances. « Dans ce tableau synthèse, il est indiqué que sur 45 millions USD, 21 millions de dollars ont été décaissés, soit 41,18%. Et maintenant, on nous parle d’un budget de 46 millions USD et qu’il resterait 13 millions USD pour parachever les travaux! », s’exclame cette organisation. Pour l’ODEP, ces mouvements de fonds publics – sans autorisation préalable du Parlement – violent la loi relative aux finances, si le gouvernement a déjà décaissé 21 millions USD sur le budget de 46 millions USD. »

Pour mettre fin à cette confusion financière, l’ODEP recommande au chef de l’État Félix Antoine Tshilombo de saisir d’urgence l’inspection générale des finances pour de plus amples éclaircissements. Quant au premier ministre – chef du gouvernement – il lui est demandé de n’autoriser aucun décaissement sans les résultats de cet audit.

Le contrôle citoyen des finances publiques en RDC invite également le peuple à plus de vigilance; car estime-t-il : « le Congo n’est pas à vendre, le Congo n’est pas un butin de guerre ou de chasse, cette saga doit être stoppée. »

Alain St. Bwembia