Le retrait de la Monusco au coeur d’un débat organisé par le Magazine « Renaissance Africaine » de Freddy Mulumba

L’une des questions brûlantes d’actualité politique en RDC ces derniers jours ce sont les manifestations organisées, notamment à l’Est du pays, pour réclamer le départ immédiat et sans condition de la Mission de l’ONU au Congo (Monusco). Une problématique qui a été ce samedi, 24 avril 2021, au centre d’une conférence-débat qui s’est déroulée dans la salle paroissiale Notre Dame de Fatima.

Et c’est le magazine « Renaissance Africaine » que dirige le journaliste et politologue congolais, Freddy Mulumba Kabuayi, qui en est l’organisateur.

Centrée autour du thème général « La Monusco face à la contestation des populations de l’Est de la RDC », cette rencontre intellectuelle a été marquée par plusieurs exposés.

Mme Nicole Kavira, du Mouvement des indignés, a planché sur le sous-thème :
« État des lieux des contestations à Béni ».

Pour elle, la RDC souffre de l’infiltration de son armée, conséquence de l’intégration des seigneurs de guerre et des éléments des groupes armés à travers les opérations de mixage et de brassage. Aussi, suggère-t-elle, l’on doit procéder à la purge de tous ces seigneurs de guerre épinglés dans le rapport mapping pour de nombreux crimes.

Exposant sous le sous-thème : « Causes et perspectives découlant des manifestations contre la Monusco »,
Me Nixon Kambale pointe la mauvaise réforme de l’armée après Sun City sous le régime 1+4 et également le fait que jusqu’à nos jours, aucune réforme des services des renseignements n’a été entreprise, comme étant parmi les maux qui sont à la base de cette défaillance des services de sécurité du pays. Pour lui, un audit de la gestion financière de l’armée doit être menée parce que, déplore -t-il, malgré la mise à disposition des moyens, rien ne change.

« Le départ immédiat de la Monusco, une nécessité pour le retour de la paix dans l’est de la RDC », tel est le sous-thème développé par le Professeur Jean-Claude Tshilumbayi qui a commencé par crucifié la mission de l’ONU en RDC.

« La Monusco est inefficace. Elle doit partir parce que sa présence ne signifie rien. Sa présence décourage notre armée qui croit avoir un allié qui va l’accompagner. Peut-être qu’avec le départ de la Monusco, les FARDC vont combattre avec détermination.
La RDC est devenue une entreprise pour ceux qui travaillent à la Monusco qui gagnent plus que les congolais.
Ainsi, au lieu de dépenser plus d’un milliard de dollars pour financer les FARDC pour mettre fin à la guerre, on préfère dépenser cet argent pour financer des troupes sénégalaises, Guatémaltèques, Bangladeshies et autres », a déclaré ce professeur d’université.

Et mettant de l’eau dans son vin, le Professeur Jean-Claude Tshilumbayi a tout de même reconnu un certain mérite à la Monusco comme son appui logistique lors des élections, la neutralisation du M-23 et la lutte anti-mines. In fine, il estime que « la Monusco devrait rester en RDC pour terminer sa guerre, cela avec l’accompagnement des FARDC. « Le contexte ayant changé, on doit changer les règles d’engagement de la Monusco. Et son retrait devrait se faire conformement à la Charte des Nations Unies », a-t-il conclu.

Cible des attaques et critiques acerbes ces derniers temps, la Monusco, à travers son délégué Abdoul Aziz, a présenté ses moyens de défense.

« Il y a beaucoup d’intox, de Fakenews, de désinformation et de contrevérités qui sont dites au sujet de la Monusco:
Il faut que les congolais fassent de l’autocritique, une prise de conscience de leur responsabilité. Ce n’est pas la Monusco qui a demandé aux congolais qui sont dans les groupes armés de prendre les armes.
La RDC ne finance pas la Monusco et ne rembourse pas les Nations-Unies. Tout se fait au nom de la solidarité internationale », précise -t-il.

Et quid du départ de la Monusco ? Abdoul Aziz n’est pas allé par le dos de la cuillère : « Il faut poser cette question au gouvernement congolais. C’est la RDC, État souverain, qui a invité la Monusco. Il lui appartient de se prononcer à ce sujet », a-t-il martelé.

Directeur Général du magazine « Renaissance Africaine », organisateur de cette conférence, Freddy Mulumba Kabuayi a, lors du débat, interpellé les congolais sur le complot de balkanisation qui vise leur pays.

« Ce qui se passe actuellement est un complot pour la balkanisation de la RDC. Ne soyons pas naïfs. Le processus de balkanisation est en train d’aboutir. La RD.Congo est au cœur de la géopolitique.
Le problème ici, ce que nous n’avons pas des élites à la hauteur de l’enjeu.
La Monusco fait son travail et va partir. Nous devons prendre en main notre destin », a alerté Freddy Mulumba, avant de s’interroger: « comment est-ce que l’on tue vos compatriotes à l’Est, ici à Kinshasa, on fait la fête dans les bars, les terrasses et boîtes de nuit ? Les véritables ennemis de la RDC, ce ne sont pas le Rwanda ou l’Ouganda mais les multinationales occidentales qui financent la guerre à l’Est de la RDC pour faire main basse sur nos ressources naturelles », a-t-il conclu.

Jean Romance Mokolo

ARTICLES SIMILAIRES

ARTICLES SIMILAIRES

Politique RDC