A peine investie, la nouvelle équipe de la CENI fait face à la fronde des forces sociales et politiques

Dans la déclaration publique de ce dimanche 24 octobre 2021, les Forces Sociales et Politiques de la Nation Congolaise disent avoir répondu à « l’appel pressant de la population congolaise et des pères des Eglises catholique et protestante pour une CENI véritablement indépendante, dépolitisée et non instrumentalisée, gage des élections libres et transparentes dans les délais constitutionnels ».


Cette déclaration commune est signée notamment par les représentants de CALCC, de MILAPRO, du CLC, du FCC, de Ensemble pour la République, de L’ECIDE, du Nouvel Élan et de la DYSOC.

Dans un premier temps, ces organisations sociales et politiques ont fait l’etat des lieux ci-après :

  • Constatant que les élections manipulées et mal organisées constituent la principale source d’instabilité, d’illegitimité et de sous-développement de notre Nation ;
  • Considérant que le processus des réformes de la CENI et du remplacement de ses membres a été entaché de corruption, de violation des lois, d’absence de consensus et de manipulation par le pouvoir actuel ;
  • Constatant que, malgré les appels à la raison et au consensus des églises, des laïcs, de la société civile, des mouvements citoyens et des forces politiques, le pouvoir actuel s’est entêté en violation flagrante de la constitution et des règles parlementaires à mettre en place une CENI à ses ordres ;

Et face à cette situation, et dans l’intérêt supérieur de la Nation et pour sauver les acquis de la démocratie malgré leurs différences, ces forces sociales et politiques décident d’unir leurs forces en vue « d’obtenir par tous les moyens légaux l’adoption consensuelle d’une loi organique sur la CENI et d’une loi électorale pour l’organisation des élections crédibles, libres, transparentes, inclusives et apaisées en 2023, conformément à notre constitution ».

Pour ces organisations, « le blocage et la crise actuels sont le fait du pouvoir en place qui refuse l’indépendance de la CENI et veut prendre toute une Nation en otage ».

Tout en affirmant que le consensus constitue la seule et unique voie pour restaurer la confiance entre les acteurs et éviter l’implosion du pays, ces organisations sociales et politiques
informent l’opinion nationale et internationale qu’à partir de ce 24 octobre 2021, « des grandes actions citoyennes seront organisées à travers toute l’étendue du pays pour exiger l’indépendance, la dépolitisation et la non instrumentalisation de la CENI en vue des élections crédibles, libres, transparentes, inclusives et apaisées ».

Par ailleurs, les signataires de la déclaration commune se disent préoccupés par les difficultés dont fait face au quotidien la population congolaise :

« Manifestons notre préoccupation à l’endroit de notre population au regard des difficultés sociales et sécuritaires auxquelles elle est confrontée notamment, la scolarité des enfants et la prise en charge des enseignants, la persistance des massacres et tueries dans la partie Est de notre pays ; la problématique de la suppression totale du RAM et tant d’autres ».

Enfin, tout en implorant la bénédiction et la protection divines sur la population et la Nation congolaises, ces forces sociales et politiques lancent un appel à la mobilisation générale.

« Demandons à l’ensemble de notre peuple de se lever comme un seul homme pour obtenir l’indépendance et la dépolitisation de la CENI », ont-elles plaidé.

JR.Mokolo

ARTICLES SIMILAIRES

ARTICLES SIMILAIRES

Politique RDC