Devant la base du parti présidentiel, Jean-Marc Kabund : « Celui qui fera peur à l’UDPS n’est pas encore né ! »

Le siège national de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) était en ébullition le vendredi 12 novembre 2021, où des centaines de militants et combattants se sont retrouvés pour célébrer « la journée de la Base ». Une journée instituée en 2019 par le Président ai du parti, Jean-Marc Kabund, pour rendre hommages à la base de l’UDPS qui avait contraint l’actuel Président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi, alors Président national du parti, à retirer sa signature sur l’accord de Genève désignant Martin Fayulu candidat commun de l’opposition à l’élection présidentielle de 2018 et à présenter plus tard sa propre candidature pour devenir le 5ème Président de la République Démocratique du Congo.

Devant les cadres, militants de l’UDPS et Alliés, membres du Gouvernement central, élus du peuple et plusieurs invités de marque, le Président intérimaire du parti présidentiel, Jean-Marc Kabund, est d’abord revenu, dans son adresse, sur la portée historique de cette journée dédiée à la base.

« Ce n’est pas par hasard que nous avons dédié pour vous, les combattants de l’UDPS, ce jour qui a tracé la ligne droite vers la conquête du pouvoir. Si nous n’avions pas exigé à Félix Tshisekedi de retirer sa signature à Genève, nous ne serions pas au pouvoir aujourd’hui.
C’est ce jour-là que Félix Tshisekedi a eu le pouvoir. Parce qu’au cas contraire, nous serions encore dans la rue », a-t-il rappelé.

Figure marquante de la coalition au pouvoir, Jean-Marc Kabund s’est par ailleurs félicité de l’exploit réalisé par l’UDPS en se retrouvant au sommet de l’État malgré la disparition de son leader charismatique, Étienne Tshisekedi Wa Mulumba.

« En Afrique, aucun parti politique n’a pu survivre à la mort de son leader. Non seulement nous avons survécu, nous avons également relevé le défi de nos pères fondateurs, celui de conquérir le pouvoir », s’est-il félicité devant des militantes et militants aux anges.

Tout en revenant sur le parcours du parti depuis sa création en 1982 par les 13 Parlementaires ainsi que sur les sacrifices consentis par les cadres et combattants (dont beaucoup ont perdu la vie) pendant les 37 ans de lutte pour le changement dans l’opposition, Jean-Marc Kabund a salué la bravoure de militants de l’UDPS qui ont tenu tête, notamment au régime de Joseph Kabila.
Et le Président ai du parti au pouvoir n’a pas raté l’occasion de lancer des pics à leurs adversaires politiques.

« Ceux qui tentent de nous apprendre la lutte étaient hier derrière nous. Un élève ne peut jamais dépasser son maître. C’est nous qui détenons le secret de la résistance. Il n’y a pas plus fort que l’UDPS dans ce pays ! Ils vont échouer s’ils cherchent à nous affronter et vont nous croiser sur leur chemin. Et celui qui nous fera peur n’est pas encore né », a-t-il martelé.

Et face aux détracteurs et ennemis du parti, le Président ai de l’UDPS a lancé un véritable rappel des troupes, en invitant la base à se mettre en ordre de bataille.

« Soyons vigilants parce que nos détracteurs ne dorment pas. Ils organisent des réunions pour nous faire tomber. Ne soyons pas distraits.
Chacun de nous a la responsabilité de protéger notre pouvoir acquis de longue lutte. Ils cherchent à vous démobiliser en disant que vous êtes restés sous les arbres. Sachez que c’est vous qui devez protèger notre pouvoir », a-t-il averti.

Évoquant certains sujets d’actualité, notamment la gratuité de l’enseignement et l’insécurité à l’Est du pays, Jean-Marc Kabund a plaidé pour la réduction du train de vie des institutions publiques en réduisant par exemple de 50% le budget de la Présidence de la République, du gouvernement central et du Parlement, afin de dégager des ressources financières pour le financement des secteurs de l’éducation, de la sécurité et de la défense nationale. Cela pour prendre correctement en charge les enseignants et les militaires qui reçoivent à ces jours des salaires de misère.

JR.Mokolo

ARTICLES SIMILAIRES

ARTICLES SIMILAIRES

Politique RDC