Jean-Jacques Mbungani appelle la classe politique à se mettre au tour d’une table afin de discuter sur l’avenir de la RDC.Ce diplomate de haut rang et secrétaire national du MLC chargé des relations extérieures justifie son appel suite à la détérioration de la situation socio-politique et economico-securitaire au pays. Dans son analyse parvenue à politiquerdc.net ce lundi matin, ce médecin de profession et diplomate de renom basé à Bruxelles, en Belgique fait un constat amer et il tire la sonnette d’alarme.

De son point de vue,de nombreux secteurs-clés de la vie qui étaient déjà en péril lors de la législature précédente n’augurent aucun espoir d’un lendemain meilleur.

« Le lourd tribut payé par le peuple congolais en termes de souffrance, sacrifice, injustice, humiliation, larmes, colère, révolte est devenu de plus en plus insupportable pour la grande majorité de la population. La créativité et les capacités managériales de l’actuel gouvernement semblent montrer leurs limites. Au-delà de l’insécurité causée par les groupes armés à Beni, Ituri et autres agglomérations du pays, le peuple congolais vit dans une insécurité alimentaire à cause de la flambée des prix sur le marché. Le taux de change est passé de 1600 FC le dollar en Janvier à 1720 FC le dollar à décembre 2019. Bien que mises en place, les institutions issues des élections décriées de 2018 n’aspirent pas confiance de la majorité du peuple. Le détournement des fonds, l’impayement de salaire de la quasi-totalité des personnels politiques et administratifs des nouvelles institutions, bref tous les maux décriés pendant le régime sortant auront doublé si pas triplé aux yeux de tout le monde. Et pourtant, il est indéniable que notre pays dispose d’un incroyable potentiel de richesses en termes de ressources naturelles et humaines qui devraient profiter en priorité aux congolais », pense le Dr Jean-Jacques Mbungani.

Pour lui, à l’allure où vont les choses, il est important que les uns et les autres prennent le courage de se regarder yeux dans les yeux pour entrevoir des discussions pouvant éviter à la RDC de sombrer danvatage.

« Face à ces constats et au paradoxe de notre pays, qui ne manque de rien sauf de tout , il devient de plus en plus utile que la classe politique – dans sa large majorité – s’assied pour réfléchir sérieusement sur les voies de sortie de la crise afin que notre notre peuple bénéficie un jour des innombrables richesses que regorge la terre de ses ancêtres », conclu ce haut cadre du MLC, qui précise que sa réaction personnelle s’inscrit dans un souci d’aider le pays à avancer pour l’intérêt de tous.

Cet appel de Jean-Jacques Mbungani vient ainsi renforcer la position de certains leaders de Lamuka – à l’occurrence Martin Fayulu – qui propose un plan de sortie de crise consistant à amorcer des discussions pouvant conduire à des réformes nécessaires de certaines institutions du pays dans la perspective de prochaines joutes électorales. Lors de sa prise de flambeau de la coordination trimestrielle de Lamuka, Adolphe Muzito avait également souligné la disponibilité de Lamuka à discuter avec les autres forces politiques en vue d’arriver à résoudre la situation d’insécurité que traverse la population de l’Est du pays.
Tout le monde semble donc d’avis de la nécessité d’organiser un forum politique. Lors de sa dernière sortie médiatique,le cardinal Fridolin Ambongo avait également encouragé la démarche de voir les acteurs politiques se parler. D’après certaines certaines indiscrétions , plusieurs chancelleries étrangères voient d’un bon œil cette démarche. Ce ci pour empêcher de laisser le navire Congo couler.

Jean Médard LIWOSO