La proposition du plan de sortie de crise initiée par Martin Fayulu suscite toujours de réactions au sein de l’opinion publique congolaise. D’après un analyste politique qui s’est confié à votre média en ligne ce dimanche 17 novembre 2019, la démarche du président national de l’Ecidé, l’homme qui se considère toujours comme »président élu » de la RDC risque de n’est pas trouver d’écho favorable auprès du pouvoir en place, qui selon lui, semble tourner la page des revendications de la Lamuka dont certains de ses membres ont déjà traversé dans son camp.

« Le plan de sortie de crise proposé par Martin Fayulu est la preuve éloquente qu’en plus de contester la victoire frauduleuse de Félix-Antoine Tshilombo, il sait privilégier – en tant que véritable homme d’État – les intérêts supérieurs de la Nation, sans s’accrocher à son incontestable et éclatante victoire électorale », c’est du moins ce que pense un analyste qui s’est confié à politiquerdc.net sous le couvert de l’anonymat.

Toutefois, ce dernier se pose la question de savoir si le moment de ce plan de sortie de crise de Martin Fayulu serait bien choisi pour publier cette initiative.

En effet, de son point de vue, sans nier l’existence de la crise politique actuelle, la proposition de Martin Fayulu aurait été plus pertinente dans le contexte d’une crise plus aigüe qui obligeraient les tenants du pouvoir à négocier au risque de perdre les plumes. Ils consentiraient volontiers à concéder de pans entiers de pouvoir en échange de quelque chose d’autres.

Dans le contexte d’aujourd’hui renchéri -t-il, que gagneraient les deux larrons au pouvoir en acceptant le plan Fayulu? Rien!

D’après lui, les adversaires de Lamuka semblent croire qu’avec le départ de certains dans ses rangs , il y aurait moins de marge de manœuvre pour arriver à matérialiser la proposition de Lamuka.

Cependant, il espère quand même que la dernière sortie médiatique d’Adolphe Muzito – le prochain coordonnateur de Lamuka – sur TV5 serait un signe de patriotisme que les leaders de Lamuka offrent aux dirigeants pour résorber la crise politique et aller de l’avant pour le bien-être du peuple congolais!
Sinon, certains diraient : « le chien aboie et la caravane passe » !

JKM/Rédaction