Début jeudi à Kinshasa des travaux des 4èmes Journées Scientifiques sur la lutte contre le Paludisme en RDC

L’hôtel Memling de Kinshasa a servi de cadre aux 4èmes Journées Scientifiques de lutte contre le Paludisme en République Démocratique du Congo (JSP). Les travaux ont démarré ce jeudi, 27 mai 2021 à Kinshasa, sous le patronage du ministère de la Santé publique, Hygiène et Prévention, représenté par la Vice-ministre, Mme Véronique Kilumba Nkulu, en l’absence de son titulaire en mission de service à Goma.

Placé sous le thème « Le paludisme à l’ère des maladies émergentes et re-émergentes », ces assises sont organisées par le Programme National de Lutte contre le Paludisme (PNLP), avec l’appui des partenaires techniques et financiers comme le Sanru, l’Oms, le Fonds Mondial et l’Usaid.

Les JNP2021 ont pour objectif d’offrir un cadre d’échanges d’expérience et d’expertise aux différents acteurs œuvrant dans la recherche sur le Paludisme en vue de partager et valoriser la recherche et les multiples connaissances dans ce domaine.

Dans son allocution, le Directeur du PNLP, Dr Éric Mukomena a salué l’engagement du Gouvernement de la RDC dans la lutte contre le Paludisme, à travers le ministère de la Santé publique.

Pour sa part, tout en rendant d’abord un vibrant hommage au Président de la République, Son Excellence Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo pour sa vision basée sur « le peuple d’abord », la Vice-Ministre de la Santé s’est dite honorée par l’organisation des journées Scientifiques du paludisme qui vont permettre un débat scientifique sur l’une de plus vieilles et mortelles maladies de l’histoire de l’humanité.

«Pendant deux jours de travaux dans ce beau cadre, des exposés suivis des débats ainsi que des communications affichées, que je présume de haute portée par avance, vont convoquer les différents aspects du paludisme et de comorbidité. Il va s’agir, en plus de deux maladies susmentionnés, notamment du paludisme et du chikungunya, de la dengue et de l’onchocercose ainsi que les nouveaux outils de prévention et de prise en charge du paludisme dans le cadre de la lutte contre cette pandémie dans notre pays. Ceci sera rendu possible non seulement grâce à la pertinence des sujets sus-évoqués retenus dans l’agenda, mais aussi de la qualité des intervenants. J’ose croire qu’aux termes, de ces journées, que nous voudrons réellement scientifiques, des évidences disponibles guideront nos choix pour le recadrage des stratégies et des priorités pour lutter efficacement contre le paludisme dans notre pays», a déclaré Mme Véronique Kilumba.

Après la cérémonie d’ouverture, les participants se sont retrouvés en atelier pour suivre une série d’exposés dont celui présenté par le Représentant de la Sanru, Docteur Crispin Batubenga qui a planché sur le thème : « Impact de Covid-19 sur l’utilisation des services curatifs et la consommation des antipaludéens dans les officines de la ville de Kinshasa ».

« SANRU a fait une étude opérationnelle sur terrain dans la capitale pour mesurer l’impact du Covid-19 sur la prise en charge du Paludisme. Et nous avons constaté que, à cause de cette pandémie, les Kinois avaient peur d’aller à l’hôpital pour ne pas être soupçonnés d’avoir été atteints de Covid. Conséquence, les gens se sont mis à s’automediquer en prenant des médicaments comme la Chloroquine, alors que ces médicaments ne sont pas recommandés par le PNLP.
Aussi, nous attirons l’attention de la population que, même en période de Covid-19, la malaria continue à sévir et qu’il faut suivre à la lettre le protocole indiqué par le Programme National de Lutte contre le Paludisme », a-t-il indiqué

Il sied de noter que les travaux de ces 4èmes JSP vont se clôturer ce vendredi, 28 mai 2021.

Jean Romance Mokolo

ARTICLES SIMILAIRES

ARTICLES SIMILAIRES

Politique RDC