L’avènement des réseaux sociaux a accentué la vitesse de circulation des informations en un temps record. Cette instantanéité offre peu de place à la vérification des faits si bien que même la rumeur la plus farfelue peut-être relayée d’un point le plus éloigné du globe à un autre. Le phénomène de fake news a pris de l’ampleur inégalée et leurs auteurs s’en donnent à cœur joie. A Kinshasa tout comme dans le reste des villes de la RDC, les réseaux sociaux servent de plus en plus   de règlements des comptes et de diabolisation  politiques dans beaucoup de cas. Chaque groupe se tire le rideau  de son côté au détriment de l’autre. Difficile parfois de cerner la vraie réalité des choses.

Et , la nouvelle de « l’interpellation » de l’ancien A.G. de l’Agence National de Renseignements qui  s’est répandue comme une trainée de poudre ce mercredi 12 février 2020 ,  semble bien  illustrer  cette situation. Beaucoup ont propagé cette nouvelle sur base du tweet de Me Georges Kapiamba. Et elle a très rapidement traversé les océans. Mais cette nouvelle s’est par la suite révélée fausse, à en croire certains proches du flic congolais et communicateurs du FCC.
Au nombre de ces  réactions qui démentent l’information, figure celle de India Omari. Ce dernier estime que la « fausse alerte » serait lancée par Me Georges Kapiamba, coordonnateur de l’association congolaise pour l’accès à la justice, ACAJ , en sigle.

« Georges Kapiamba est un sensentionnel. L’ administrateur général Kalev n’a jamais fait l’objet d’une quelconque interpellation de la part de l’ANR », cette mise au point est de India Omari, l’un des communicateurs du FCC.
Tout en s’en prenant à Me Georges Kapiamba – le coordonnateur de l’ACAJ – pour avoir dit-il, « répandu une fausse nouvelle, ce cadre du PPRD pense que Georges Kapiamba serait tout simplement entrain de faire la publicité gratuite de Kalev Mutondo, qui est paisiblement chez lui, à la maison.

« Hier, c’était lui qui combattait l’ANR, vous n’avez qu’à lire son message d’alerte rouge posté par lui-même pour savoir plus, pourquoi il n’a pas encouragé le parquet de se saisir de ce dossier à la place de l’ANR, censée être plus dans les analyses; lui qui se dit avocat de surcroît », s’interroge -t-il.

Interrogé par nos confrères de Jeune Afrique, Kalev Mutondo a fait savoir qu’il n’y a aucun problème.

« Je viens de rentrer aujourd’hui et j’ai eu une raison de rendre visite à mon ancien adjoint qui est AG aujourd’hui de l’ANR, dans son bureau. Il n’y a aucun problème. J’ai voyagé et retourné au pays avec mon passeport diplomatique« , aurait-il précisé.

Rappelons qu’une folle rumeur a circulé cet après midi comme quoi l’ancien patron de l’ANR aurait été interpellé et entendu par les services de migration à l’aéroport international de N’djili avant d’être transféré au siège de la Direction générale de l’ANR pour y être à nouveau entendu pour détention « illégale » d’un passeport diplomatique.

Mais pour sa part, Papy Tamba – un autre communicateur du FCC- soutient dans un groupe WhatsApp que « tout ancien chef de corps constitué est habileté à détenir un passeport diplomatique à vie« .
Pendant ce temps, une source anonyme qui s’est confiée à politiquerdc.net, soutient que Kalev Mutondo se serait rendu à la Direction Générale de l’ANR pour se plaindre du comportement de certains agents de la DGM qui auraient tenté de manifester une attitude peu courtoise à son endroit au niveau de l’aéroport de N’djili.

La question que d’aucuns se posent est de savoir les motivations de Georges Kapiamba qui a véhiculé la nouvelle de l’arrestation de Kalev Mutondo. Aurait-il voulu montrer que le pouvoir en place se démarque de son prédécesseur?, s’interroge un analyste. À moins de donner à croire que le régime d’impunité a pris fin. Dans l’un comme dans l’autre cas, ce ballon s’est dégonflé et risque de produire l’effet inverse à ce qui était attendu!

Dossier à suivre !

Rédaction