25 février 2018 – 25 février 2020, cela totalise exactement deux ans depuis que Rossy Mukendi a été froidement abattu à l’occasion  d’une marche pacifique organisée par le comité Laïc de coordination de l’église catholique, pour dénoncer le dépassement du mandat présidentiel de Joseph Kabila.

En souvenir de cette tragédie, une messe   d’action de grâce a été organisée ce mardi 25 février  par le Comité Laïque de Coordination (CLC) en la Cathédrale Notre Dame du Congo . Une manière pour cette puissante organisation de l’église catholique  de rendre hommage non seulement à Rossy Mukendi, mais aussi à tous les autres martyrs de la démocratie tombés lors des différentes manifestations contre le maintien de Joseph Kabila au pouvoir en violation de la constitution. Thérèse Kapangala, Éric Boluku, Hussein Ngandu ainsi que plusieurs personnes anonymes figurent sur la liste de ces martyrs.

Dans son homélie, l’officiant du jour, Mgr Édouard Kisonga, Vicaire Général à l’Archidiocèse de Kinshasa, a qualifié le régime de Joseph Kabila d’orgueilleux pour avoir tué des innocents. « Un régime dans lequel le principe du peuple d’abord a été foulé au sol et dans lequel la vie humaine n’était plus sacrée », a-t-il déclaré.

Rappelant l’histoire du peuple d’Israël dans la bible, l’officiant du jour a laissé entendre que le peuple congolais était également devenu esclave dans son propre pays, sous le règne de Joseph Kabila. D’où son exhortation à tous les congolais à se soumettre à Dieu et à résister à tous les pièges du diable.

Par ailleurs, Mgr Édouard Kasonga a plaidé pour une justice équitable et appelé au respect de la constitution.

Rédaction