Dongo Yemo Mobutu: « Je suis d’accord avec le Président de la République que l’état de siège doit se poursuivre jusqu’au retour de la paix à l’Est du pays »

Intervenant ce vendredi matin sur les antennes de Canal Congo Télévision et de Radio Liberté Kinshasa, dans le cadre de l’émission « Rendez-vous des Auditeurs », le Secrétaire National du MLC, Dongo Yemo Mobutu, a notamment réagi au dernier discours du Chef de l’État devant l’Assemblée Générale des Nations unies. Il a dans un premier temps réagi à la promesse faite par Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo de faire aboutir le processus électoral.

« (…) J’encourage le Chef de l’État à mener à bout le processus électoral. Pour moi, le cadeau qu’il peut offrir au peuple congolais, et qui fera que le peuple congolais lui soit reconnaissant, ce sera d’organiser des élections transparentes, libres et réellement démocratiques en 2023. Que personne n’intimide ou ne fasse peur à qui que ce soit, que celui qui gagne gagne et que celui qui échoue échoue », a-t-il indiqué.

Et de poursuivre, « Je suis d’accord avec le Président de la République que l’état de siège doit continuer jusqu’à ce qu’à la fin de l’insécurité dans les provinces concernées par cette mesure d’exception. Parce que, nous tous, nous avons besoin de cette paix. Ce n’est pas parce que, chez moi, à Gbadolite, c’est calme que je dois m’en foutre de ce qui se passe en Ituri ou dans le Nord-Kivu ».

Au sujet de ceux qui estiment qu’une mesure exceptionnelle, comme l’état de siège, ne doit pas perdurer indéfiniment, ce haut cadre du Mouvement de Libération du Congo pense que l’on ne doit pas confondre vitesse et précipitation.

« Comment voulez-vous qu’une guerre qui a perduré pendant des décennies puisse être terminée en deux ou trois mois. D’autant plus que, nous-mêmes, nous savons que cette guerre a beaucoup de méandres. C’est une guerre très complexe, c’est une guerre à caractère économique pour le pillage de nos richesse et pour la balkanisation du Congo.
Il y a aussi des complicités internes dans cette guerre dans laquelle des congolais sont impliqués. Et lorsque le Président de l’Assemblée nationale, Christophe Mboso, dit « quittez les groupes armés ! « , Il sait de quoi il parle. Et quand on indexe le Rwanda, c’est en connaissance de cause, Mzee LD.Kabila le faisait.
Grosso modo, pour moi, les choses avancent très positivement à l’Est. C’est une guerre très complexe. L’ennemi vit souvent avec la population. C’est une guerre politisée, certains congolais sont derrière ça, il y a des multinationales qui sont derrière ça, il y a certains pays qui soutiennent cette déstabilisation de la RDC », a fait savoir Dongo Yemo Mobutu.

« Nous devons stabiliser la situation de l’Est pour la relancer l’économie. D’autant plus que, rien qu’avec les richesses de l’Ituri et du Nord-Kivu, on peut développer la Rdc.
L’état de siège est une question éminemment militaire. Pourquoi doit-on engager un débat politique sur des questions relevant du domaine militaire ? Au risque de livrer nos stratégies militaires à nos ennemis. Prenons notre mal en patience. Malheureusement la guerre fait toujours des victimes, paix à leurs âmes, mais c’est le prix à payer. Ça prendra le temps qu’il faudra, mais l’idée je penses que l’idée d’aller jusqu’au bout avec l’état de siège est une bonne chose », a-t-il ajouté.

Donnant son avis au sujet des enseignants qui se plaignent que depuis la mise en œuvre de la gratuité de l’enseignement, leur revenu a sensiblement baissé, Dongo Yemo Mobutu a plaidé pour l’équité et la solidarité dans la redistribution des richesses nationales.

« Ce sont de telles disparités qui créent les problèmes. Nous devons intégrer les notions comme l’équité. Là, je suis d’accord avec les revendications des enseignements.
Car, on dit que c’est de l’instruction que naît des nations. Qu’on puisse payer un enseignant, un médecin ou bien un militaire qui nous protège 140.000 Francs congolais, au moment où dans ce même pays, il y a d’autres personnes qui 10.000, 15.000 0u 20.000 dollars ? Au nom de l’équité et de la solidarité, on doit réduire les salaires de ceux qui gagnent 20.000 dollars pour augmenter les salaires de ceux qui touchent des salaires de misère », a-t-il plaidé.

JR.Mokolo

ARTICLES SIMILAIRES

ARTICLES SIMILAIRES

Politique RDC