Grand-Équateur : René Bonganga, vent debout contre les discours séparatistes et divisionnistes distillés par Jean-Claude Baende

La situation politique actuelle dans la province de l’Equateur préoccupe au plus haut point le Président National de l’association « Les Bembistes », René Bonganga.

Dans un entretien avec politiquerdc.net, René Bonganga a tenu à faire la mise au point pour recadrer des acteurs politiques, comme Jean-Claude Baende, qui distillent dans l’opinion publique équatorienne des discours séparatistes, divisionnistes et haineux contre des leaders politiques.

« Mbandaka est la capitale du Grand-Equateur et de tous les Bangalas. Je fustige le comportement irresponsable de ceux qui estiment que la ville de Mbandaka appartiendraient exclusivement aux ressortissants de l’actuelle province de l’Equateur. Cette courte vue donnant à croire que les frères des autres provinces issues du découpage du Grand-Equateur n’ont pas droit de cité à Mbandaka et doivent être chassés ou jeter dans le fleuve Congo est lamentable. Dans cette logique, on se demande ce qu’ils font à Kinshasa, loin de leur terroir?
C’est donc Jean-Claude Baende qui est à l’origine de tous ces discours du genre: que tel ou tels autres s’occupent de leurs provinces d’origine et laissent l’Equateur aux Équatoriens' », comme si Mbandaka et l’Equateur étaient ses propriétés privées ».

Et le Bembiste René Bonganga s’élève contre cette posture de caniveaux. Il se tient debout contre cette campagne d’intoxication et de désinformation contre les autorités du pays et contre certains notables du Grand-Équateur.

« Je me suis toujours insurgé contre ceux qui cherchent à faire porter à notre leader le chapeau du désordre ayant élu domicile à Mbandaka, précisément au sein de l’Assemblée nationale.
Le véritable tireur des ficelles, le cerveau moteur de cette crise institutionnelle, c’est Jean-Claude Baende qui instrumentalise des groupuscules de jeunes pour diaboliser et insulter les autorités gouvernementales et certains dignes fils de l’Equateur.
Son credo est de se draper sur de la peau du député provincial Claude Buka et le fameux G-13. Et les preuves de leurs actions nuisibles au développement de cette province existent en abondance », a-t-il dénoncé.

Pour René Bonganga, la situation qui prévaut actuellement à l’Equateur est la résultante d’une guerre de leadership pour le contrôle de l’Equateur et non une crise entre les institutions provinciales.

« Ce n’est pas le Gouverneur Bobo Boloko qui est au cœur de la crise politique en cours dans la province de l’Equateur. Il s’agit plutôt d’une guerre de leadership pour le contrôle de Mbandaka et de l’Equateur sur le plan politique.
Et les équatoriens doivent s’unir pour reconstruire leur entité, plutôt que de se laisser diviser par Jean-Claude Baende et compagnies, eux qui ont beaucoup souffert de la stigmatisation par le pouvoir Afdl, via le fameux Code 032″.

En ce qui concerne la crise politique en cours, les protagonistes étant actuellement en consultation à Kinshasa, sous l’arbitrage du gouvernement central, René Bonganga exhorte les uns et les autres à respecter les décisions de justice.

« Personne n’est au-dessus des lois de la République. Nous devons apprendre à respecter les décisions de la justice…
Aussi, si les députés provinciaux frondeurs de l’Equateur avaient respecté les décisions de justice en faveur du gouverneur Bobo Boloko, on n’aurait pas connu l’exacerbation de la crise institutionnelle dans cette province. Malheureusement, Claude Buka et les siens se sont laissés manipuler par le tireur des ficelles. Et on connaît la suite », a-t-il déploré.

JR Mokolo

ARTICLES SIMILAIRES

ARTICLES SIMILAIRES

Politique RDC