RDC: les députés nationaux MLC originaires de l’Equateur condamnent et dénoncent la campagne haineuse de Jean-Claude Baende

La crise institutionnelle qui sévit dans la province de l’Equateur ne cesse de faire couler encre et salive. Le gouverneur Bolumbu Boloko rétabli dans ses fonctions par la Cour Constitutionnelle et le député Claude Buka, président de l’assemblée provinciale, se regardent comme de chiens de faïence.

Cette crise est visiblement entretenue en sous-main par l’ancien gouverneur révoqué de l’Equateur, Jean-Claude Baende. Ivre de haine tel un chien enragé, sa principale cible reste le Mouvement de Libération du Congo. Dans sa dernière sortie, Jean-Claude Baende s’en est pris, en des termes alternant bassesse et grossièreté , à ce qu’il a appelé « caucus des députés nationaux du MLC originaires de l’Equateur ». C’est dans les réseaux sociaux qu’il a propagé des propos indigestes, truffés de mensonges et de contrevérités, en dénonçant certains ressortissants de l’Équateur.

Face à ce énième dérapage – et rien d’étonnant car l’homme en est coutumier – les deux députés nationaux du MLC originaires de la province de l’Equateur ont fait une déclaration musclée, condamnant avec véhémence « la campagne haineuse, tribaliste et séparatiste distillée par Jean-Claude Baende contre leur leader et parti ».

« (…) Tout compte fait, nous condamnons et dénonçons fermement la campagne haineuse, malveillante et diffamatoire contre le MLC et son président, distillée par Monsieur Baende et ses ouailles. Cette campagne visant à diviser les congolais entre eux, à opposer les équatoriens par des discours tribalistes et séparatistes pour des positionnements politiques est simplement passéiste et rétrograde. Nous en appelons donc à la vigilance de notre population de l’Equateur et des militants et sympathisant du MLC, et nous leur demandons de ne pas prêter oreilles à des propos xénophobes, alimentés jour après jour par la radio Sarah de l’ADH; rappelant le rôle joué en son
temps par la radio de mille collines au Rwanda, qui a engendré le génocide de triste mémoire », ont déclaré les députés nationaux Faustin Boika Mohoke et Hardy Ngobe.

Pour ces élus originaires de l’Equateur et présidents fédéraux du Mouvement de Libération du Congo à l’Equateur, la réponse de Monsieur Baende, à la déclaration de tous les députés nationaux de l’Equateur, démontre qu’il n’y a plus le moindre doute sur le vrai tireur de ficelles de la crise institutionnelle dans la province. C’est bien Monsieur JC Baende; et qui alimente le conflit pour son animosité envers le MLC et son leader.

« De prime abord, nous informons Monsieur Baende qu’il n’existe pas un caucus des Députés nationaux du MLC origindires de l’Equateur, et la déclaration à laquelle vous faites allusion est plutôt l’oeuvre du caucus de l’ensemble des députés nationaux de la province de l’Equateur avec ses 7 (sept) territoires, hormis un seul en la personne de I’Honorable Eugène WUTE ELIKO, votre jeune frère. Ainsi, voulant curieusement répondre à ladite déclaration sans que le nom Baende y soit nommément cité, et en l’imputant aux seuls députés nationaux du MLC originaires de l’Equateur, ceci montre à suffisance que non seulement vous avez un problème particulier avec le MLC et son Président, mais aussi la haine,
l’antipathie, la phobie et l’exécration dont vous faites preuve vont au-delà de la limite du tolérable », peut-on lire dans cette déclaration faite depuis le mardi 12 octobre 2021.

Les deux députés conseillent par ailleurs à celui qu’ils comparent « au crapaud de la fable de La Fontaine », de s’occuper de l’implantation de son parti sur le territoire national que de se comparer au Mouvement de Libération du Congo et à son Président Jean-Pierre Bemba.

« Plutôt que de se soucier d’implanter votre parti sur l’ensemble du territoire national, vous vous vantez des scores obtenus rien qu’à Mbandaka et croyez rivaliser avec Jean-Pierre Bemba, un poids-lourd de la politique congolaise. Il est certes permis à tous de rêver, mais ceci nous rappelle cette fable de Lafontaine où une grenouille voulant se faire aussi grosse que le boeuf a fini par subir le sort qu’elle méritait ».

Alain St. Bwembia

ARTICLES SIMILAIRES

ARTICLES SIMILAIRES

Politique RDC