Le Ministre Jean-Jacques Mbungani répond favorablement aux préoccupations de la commission socio-culturelle de l’Assemblée nationale

Consécutivement à l’invitation lui lancée par la commission socio-culturelle de l’Assemblée nationale afin d’apporter sa contribution pour étoffer la proposition de loi portant sur le régime spécial de sécurité sociale des Agents publics, le Ministre de la Santé Publique, Hygiène et Prévention a été également confronté à beaucoup d’autres questions des députés nationaux relatives à certains problèmes touchant le secteur de la Santé.

Ainsi, la présence ce jour du numéro 1 de la Santé RDCongolaise à la commission socio-culturelle de l’Assemblée nationale avait pour but de répondre aux différentes préoccupations soulevées par les députés nationaux – membres et non membres – de la commission socio-culturelle, lors de la séance de la commission du 11 octobre 2021.

Et conformément à la procédure parlementaire, Dr Jean-Jacques Mbungani a répondu tour à tour avec précision, aux questions des députés nationaux.

En effet, ces différentes questions s’articulaient autour de 5 principales thématiques, à savoir :

  • le personnel de santé ;
  • le Régime de sécurité sociale ;
  • les Maladies professionnelles et accidents de travail ;
  • la Riposte contre la Covid-19
  • la Gouvernance (réforme) et financement de la santé.

Concernant par exemple la question de la régularisation de la prime de risques des médecins, par rapport à l’objectif de 8000 médecins à aligner tel que prévu il y a quelques années passées, le Ministre de la Santé Publique, Hygiène et Prévention a fait savoir aux élus du peuple que le processus d’alignement des médecins à la prime de risque professionnel est continuel. D’après lui, initialement , il était prévu d’aligner annuellement 3200 médecins. Cependant, cet engagement n’a pas abouti et s’est arrêté bien avant son avènement au ministère.

« En 2021, le Gouvernement a adopté et appliqué la politique d’alignement de 800 médecins par trimestre en accord avec les syndicats des médecins. En 2022, 3200 autres médecins le seront selon les prévisions budgétaires en cours d’examen au parlement », a précisé le ministre Jean-Jacques Mbungani.

Et ce, avant de déplorer le fait que  » la gestion du personnel de santé devient un défi majeur dans le contexte de la décentralisation et de la libre administration des provinces, suite au recrutement sans respect des normes en la matière ».

Par ailleurs, le Ministre de la Santé Publique, Hygiène et Prévention a éclairé la lanterne des députés nationaux à propos de la persistance des grèves dans le secteur de la Santé.

Pour Dr Jean-Jacques Mbungani Mbanda, plusieurs initiatives ont été déjà prises pour décanter la grève partielle en cours dans le secteur de la Santé.

« Les syndicats ont été impliqués dans l’élaboration du budget 2022; un projet de barème proposé par eux a été validé par le Ministère de la Santé et est en discussion avec le Ministère du Budget pour dégager l’impact de la masse salariale afin de pouvoir donner l’approbation sans pour autant empiéter sur les recommandations du FMI », a souligné le Ministre de la Santé.

Et de renchérir, que les autres préoccupations soulevées par les syndicats ont été d’ores et déjà rencontrées par le gouvernement, à savoir :

  • la mise en place de la commission interministérielle et des syndicats ;
  • le cadre de concertation permanente avec le cabinet du Ministre de la Santé ;
  • l’éclatement des listes des pro-santés par catégorie ;
  • l’élaboration en cours des statuts spécifiques des infirmiers, administratifs et autres ;
  • le projet du protocole d’accord est en attente de signature par les Ministères du Budget et Santé ainsi que le banc syndical.

Concernant la question du régime de sécurité sociale octroyé vers un régime contributif unique dans le contexte de la coexistence d’une diversité de statuts particuliers, Dr Jean-Jacques Mbungani a, tout d’abord rappelé que le Ministère de la Santé Publique, Hygiène et Prévention est fort malheureusement un ministère essentiellement technique et administratif.

« Leur capacité de contribution est fonction de différentes rénumérations et avantages sociaux qui sont du ressort de l’employeur ( Fonction Publique). Le basculement vers un régime contributif unique nécessite une étude de faisabilité approfondie pour fixer la part de contribution de l’agent et de l’Etat. Ce dernier doit nécessairement contribuer suite à la modicité des rénumérations actuelles », a-t-il renseigné.

Le ministre a conclu son intervention par un remerciement aux députés nationaux pour l’intérêt manifesté au secteur de la Santé, mais surtout pour la qualité de leurs questions.

Et pour sa part, le Président de la commission socio-culturelle de l’Assemblée nationale, le député national Léon Mondole a félicité le Ministre Jean-Jacques Mbungani pour la qualité de ses réponses, mais également pour ce premier exercice réussi en commission. Il a prévenu, tout en soutenant les différentes réformes annoncées dans le secteur de la santé, le Ministre Jean-Jacques Mbungani qu’il devrait toujours être invité en commission en cas de nécessité.

Notons que le Ministre Jean-Jacques Mbungani était accompagné de la Vice-ministre de la Santé, Mme Véronique Kilumba Nkulu ainsi que de quelques Experts du ministère de la Santé ministère et membres de son cabinet.

Jean Médard LIWOSO

ARTICLES SIMILAIRES

ARTICLES SIMILAIRES

Politique RDC